Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la marche, le pas                     Derrida, la marche, le pas
Sources (*) : Derrida, auto - affection               Derrida, auto - affection
Jacques Derrida - "Parages", Ed : Galilée, 2003, pp28-29

 

Street Art -

Derrida, retrait, effacement

Dans tout récit, il y va d'un "pas" qui rapproche et éloigne, ouvre à lui-même sa propre distance, ne se forme que pour se soustraire à la présence et l'identité

Derrida, retrait, effacement
   
   
   
Derrida, la présence Derrida, la présence
Derrida, Blanchot               Derrida, Blanchot  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

"Pas" est le titre d'un texte que Jacques Derrida consacre à Blanchot, à moins que ce ne soit autour de Blanchot ou à l'occasion de Blanchot, car ce qu'il propose, dans ce texte (et malgré les très nombreuses citations des textes de fiction signés Blanchot), pourrait être aussi dit concept ou quasi-concept de "pas" (éventuellement généralisable). Il y a du "pas" chez Blanchot, dans tout récit et peut-être aussi dans tout texte. Comme le "Viens", le "pas" peut se dire au présent; dans la langue courante, bien qu'il ne soit jamais tout à fait présent, et bien que le "pas" dont il est question chez Blanchot puisse être aussi lu comme le mouvement d'un "archi-pas". Ce mouvement se dit dans la langue et affecte aussi le hors langue. En ouvrant sur soi-même et sur l'autre, le "pas" tient ensemble le proche et le lointain. Il circule et fait circuler comme un va-et-vient. Divisé par une négation, il ne peut ni se réapproprier, ni rendre plus proche ce qu'il approche, ni se soumettre à une dialectique ou à une logique de l'identité. Quand il est, il n'est pas, il s'oublie. Sa syntaxe peut être comparée, dit Derrida, à celle du "sans" (p32), et aussi sa topique, sa phoronomie (équilibre), sa beauté. Dans le pas aussi, il y a opération sans opération, ou repos sans repos, ou loi sans loi, ou "sous-venir sans mémoire d'un viens" (p33).

Il y a, dans un pas, collision du proche et du lointain. Dans le pas, il y va de l'autre, il ne peut s'approcher que comme autre, c'est-à-dire en s'éloignant. Il ne peut apparaître dans son altérité qu'à se rapprocher, dans une marche, une démarche où le pas se déplace, se démultiplie.

 

 

Dans son mouvement, dans le déplacement qu'il provoque, le pas se "soustrait", dit Derrida, à la présence, à l'identité. De la présence ou de l'identité dont il pourrait devenir le lieu, il se retire. C'est un retrait qui n'arrive pas après, mais dans le mouvement même du pas.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaMarche

CH.LDO

DerridaAutoAffection

TE.LOL

DerridaRetrait

PG.KKL

VoixPresence

HL.KLL

DerridaBlanchot

EF.LEF

UPasRetrait

Rang = LRecitPas
Genre = MK - NG