Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, "Viens"                     Derrida, "Viens"
Sources (*) : Derrida, femme, différence sexuelle               Derrida, femme, différence sexuelle
Jacques Derrida - "Parages", Ed : Galilée, 2003, p75

 

- -

Derrida, le nom

Avant toute autre détermination et identification, un "Viens" sans pacte ni dette, depuis le sans-nom, appelle en secret la différence sexuelle en la neutralisant

Derrida, le nom
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Citant Maurice Blanchot dans Celui qui ne m'accompagnait pas, Jacques Derrida fait observer que ce que Blanchot appelle "parole" ou "pensée", "Ce ne sont ni des mots, ni des discours, ni une désignation figurée de ce qui tiendrait un discours". Mais si ce qui parle dans le texte de Blanchot n'est ni un énoncé, ni une énonciation, ni une chose, alors c'est quoi? C'est ce qui vient d'elle, ce pronom féminin qui renvoie à (quoi? un lieu, un genre, un moment sans nom, silencieux, lointain), une illéité. Celui qui dit "je" est suspendu à la possibilité de dire "viens", mais ce "viens" lui-même est suspendu à l'événement d'un autre "viens", une contrepartie, une contre-allée, que le "je" appelle mais qui ne peut survenir qu'en cet autre lieu qui est celui de l'autre sexe.

Il ne faut pas confondre "Elle", ou "Elles", avec des femmes - les femmes au sens courant. Elle, qui est déjà là éternellement, sans nom, avant le "viens", elle est ce que Blanchot appelle "parole", "pensée". Ce sont des paroles qu'on n'entend pas à proprement parler, des paroles secrètes, "plus intérieures que la parole du for intérieur", qui demeurent sans entente, des paroles prophétiques dans l'absence de temps, des paroles qui participent à la dissimulation (p78), qui se répètent dans un dehors vide, dans le vide de la répétition.

L'appel à la différence sexuelle, tel qu'entendu par Derrida, n'a ni substance, ni contenu. C'est un appel à la différance comme moment du proche / lointain, comme écho de la répétition d'un vide qu'on ne peut ni dire, ni entendre.

 

 

En tant qu'elle marque la différence sexuelle, en tant qu'elle annonce cette différence, elle est du côté féminin. Mais en tant qu'elle affirme cette différence, qu'elle répète en anneau cette affirmation (alliance nuptiale), elle neutralise cette différence. Dans cette tension se situe peut-être ce que Maurice Blanchot lui-même nomme un "projet d'écrire". Pour sauver ces paroles, ces pensées, il faut écrire. Il faut laisser venir ce "il" (ou elle) neutre, sans nom.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaViens

FS.LLK

DerridaFemme

DG.LGD

DerridaNom

KE.JJK

UViensSexes

Rang = KViensSexes
Genre = MR - IA