Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rien n'assure que le garant réponde                     Rien n'assure que le garant réponde
Sources (*) : Le retour de Danel Qilen               Le retour de Danel Qilen
Geminga Dorgès - "Le rien n'a pas de nom", Ed : Galgal, 2007,

 

Rien (Jean-Michel Al berola, 1995) -

Nous découvrirons le neir

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

- Geminga : Nous avons commencé par lui donner un nom, neir, bien avant de l'avoir défini. Ce n'était ni une spéculation, ni un raisonnement, ni un concept, c'était un constat. Il y avait ce point de départ-là : un vide, un rien qui ne fonctionnait pas de manière négative mais positive, un rien qui était présent, ici, parmi nous. Nous l'avons baptisé comme ça, neir, à cause de sa nature inversée.

- Geminga : En tant que tel, le neir n'a pas d'existence. Ce n'est qu'un nom pour notre usage. Il gît derrière l'affreux vide, le néant, mais ne se confond pas avec lui. Il tire inexplicablement les ficelles du réel.

- Colette : Nous le cherchons tous, le point originel, nous n'y échappons pas, même si nous n'y croyons pas.

- Geminga : Le neir n'est pas abstrait, c'est une réalité dont nous constatons l'existence, ici, au coeur du Ctp, incontournable. Une large partie de la société le baptise d'un autre nom, science, et le laisse en paix, débarrassée du souci d'en dire plus. Nous ne contestons pas la science. Nous avons choisi d'autres procédures pour avancer dans la même direction. Le seul fait d'avoir énoncé son nom est une modification du rapport que nous entretenons avec lui. Nous cherchons d'autres voies. Vibrer avec lui. Y regénérer nos pratiques. Y puiser la source d'une vie additionnelle.

- Michael : Ta phrase est au futur.

- Geminga : Nous en ferons notre futur.

 

 

- Cécile : Si tu en parles, Geminga, c'est que tu l'as déjà découvert, sinon tu n'en parlerais pas!

- Geminga : Je ne crois pas. Son nom révèle son existence mais ne le dévoile pas. Au contraire, il le cache.

- Roland : Qu'est-ce que tu peux en dire?

- Geminga : Il se révèle comme un obstacle. J'abandonne l'idée de le franchir. Je préfère m'y arrêter, l'apprivoiser, converser avec lui.

- Madjiguène : J'ignore ce que tu voudrais ou espèrerais que soit caché derrière ce mot, neir, mais moi j'ai l'impression d'y trouver une variante à peine ravalée de cette bonne vieille rhétorique qui a empesté jusqu'à l'écoeurement le défunt 20ème siècle. On en a soupé, les uns et les autres, de cette métaphysique du vide : le rien originel, le néant initial, à quoi est-ce qu'il peut bien nous servir? Au moins le manque sert à quelque chose, il nous sert à bouger, mais le rien est un pur verbiage, c'est un enfermement. Pourquoi scruter dans cette direction s'il n'y a rien à voir?

- Geminga : Tu peux scruter où tu veux, te remplir le regard jusqu'à la nausée, le neir surnagera. Plus tu croiras t'en débarrasser, et plus il te tirera par les pieds.

- Madjiguène : Ça me ferait bien plaisir, mais rien n'est fait de rien.

- Geminga : Quand le flic te dit "rien à voir!", c'est le moment de regarder.

- Madjiguène : S'il dit ça, c'est qu'il y a quelque chose.

- Geminga : Le neir, justement.

- Madjiguène : Jamais aucun flic ne s'est intéressé à l'inversion du rien.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Geminga
ProGarant

VN.LVV

RDQParcours

RF.WBD

U.BF.WBD

Rang = YNeir
Genre = MJ - NA