Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Souveraineté, état d'exception                     Souveraineté, état d'exception
Sources (*) : Carl Schmitt               Carl Schmitt
Carl Schmitt - "Théologie politique", Ed : Gallimard, 1988, p15

 

-

Biopolitique, pouvoir souverain

[Est souverain celui qui décide de la situation exceptionnelle]

Biopolitique, pouvoir souverain
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le mot "situation exceptionnelle" ne désigne pas ici un événement empirique comme une urgence ou un état de siège, mais un cas de nécessité non défini dans l'ordre juridique en vigueur. On ne peut pas prédire, dans son contenu, de quoi il va s'agir - c'est une situation dans laquelle l'état de droit n'a rien prévu du tout. Une intervention est alors nécessaire, qui s'effectue sans aucun contrôle, en marge de l'ordre juridique, sans tenir compte de l'équilibre habituel entre les différentes instances. C'est alors que la souveraineté s'applique comme notion limite. Plutôt que de puissance suprême ou absolue, il faut parler de décision. Le souverain peut abroger les lois en vigueur. Pour décider (par exemple pour déclarer la guerre, conclure la paix, nommer des fonctionnaires ou grâcier des condamnés), il ne s'appuie sur aucune norme, il exerce son droit à l'exception. Il est comme le Dieu tout-puissant de la théologie traditionnelle dont il sécularise le concept.

-------

Selon Giorgio Agamben, la situation du souverain est paradoxale car, dans le même temps, il appartient à l'ordre juridique en vigueur et lui est extérieur. En se retirant de cet ordre, il instaure un rapport spécifique, une relation d'exception avec ce qui l'excède. Cette transgression est nécessaire pour que la loi soit mise en vigueur, et que la vie nue y soit capturée.

Il faut donc penser l'exception, même si, selon Jacques Derrida, il est impossible d'en produire une théorie - qu'elle soit philosophique, juridique ou politique [car l'exception débordera toujours toute théorie, voire tout concept].

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l'Etat sont des concepts théologiques sécularisés

-

La souveraineté de l'État se définit par le droit à l'exception (droit à s'élever au-dessus du droit)

-

Paradoxe de la souveraineté : le souverain est, dans le même temps, à l'extérieur et à l'intérieur de l'ordre juridique

-

La fonction de l'ordre juridico-politique est d'enfermer son dehors (ou d'intérioriser ce qui l'excède) : il lui faut instaurer cette "relation d'exception" qu'est la souveraineté

-

Tout ordre, y compris l'ordre juridique, repose sur une décision et non pas sur une norme

-

Le souverain est celui qui décide de l'implication du vivant dans la loi; sa forme originaire est l'exception, qui capture la vie dans le droit

-

Il faut penser l'exception, même si une théorie philosophique, juridique ou politique - voire un concept - de l'exception est impossible

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Schmitt
SchmittSouverain

AA.BBB

SchmittParcours

CC.LCC

SouvBiopolitique

ED.LED

CS_SchmittSouverain

Rang = LSouverain
Genre = -