Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
La déconstruction, prise au sérieux                     La déconstruction, prise au sérieux
Sources (*) : Derrida, la déconstruction               Derrida, la déconstruction
Pierre Delain - "La mise à nu des exils", Ed : Galgal, 1988-2016, Page créée le 9 octobre 2009 Où l'Orloeuvre demeure

[Et si on prenait au sérieux la déconstruction?]

Où l'Orloeuvre demeure
   
   
   
Inoculer, prémunir, désactiver Inoculer, prémunir, désactiver
                 
                       

Il est des questions qui se posent aujourd'hui comme elles ne se posaient pas autrefois, et comme elles ne se sont peut-être jamais posées. On pourrait dire, pour faire simple et pour se servir d'un mot unique, des questions politiques. Mais il faudrait entendre le mot "politique" autrement, sans rejeter les dispositifs de la politique moderne mais sans les avaliser non plus. On devrait alors commencer par critiquer sans complaisance toutes les formes instituées, toutes les organisations sociales et mentales à travers lesquelles nous avons l'habitude de nous poser ce genre de question. On multiplierait les prolégomènes et les préalables, et on finirait probablement par ne rien faire. Or, d'une part, nous voulons démarrer tout de suite (l'engagement n'attend pas), et d'autre part nous sommes, chacun d'entre nous (et chacun différemment), préoccupés par le futur. C'est pourquoi nous ne pouvons pas en rester au point où les institutions politiques se présentent à nous. Il nous faut d'autres mots et d'autres champs. Certains diront : art, d'autres : philosophie. Il faudra s'y mesurer mais chaque fois de nouvelles objections apparaîtront. Après tout l'art n'est-il pas lui aussi un système, dont la tendance à la circularité est bien connue? Et la philosophie ne s'est-elle pas transformée en parole d'experts, que certains prétendûment plus compétents que d'autres tendent à s'approprier? Il faut en passer par ces champs et par d'autres, tout en cherchant une voie qui s'écarte des présupposés, des préjugés, des savoirs acquis et des instances officielles de légitimation.

C'est pourquoi j'en suis revenu, faute de mieux (et il y a bien pire) à cette notion de déconstruction qui ne se borne ni à la politique, ni à l'art, ni à la philosophie, ni à rien d'autre. Cela revient pour partie à mettre mes pas dans ceux d'un certain penseur, comme si j'étais un disciple. Mais n'omettons pas le "comme si"! Prendre au sérieux la déconstruction, marcher avec elle, c'est justement marcher à sa marge, la marquer et la démarquer, y trouver ses marques et s'en démarquer. Autour de cela tout peut s'ajouter, de la poésie à la psychanalyse, des arts graphiques au cinéma.

Et nous avons fait un choix de vocabulaire qui tourne autour de l'oeuvre. Nous aurions pu, là encore, choisir d'autres mots. Mais la langue n'est pas si riche, et celui-là a des connotations si anciennes, si multiples et si inconciliables qu'il ne pouvait que nous convenir. Et compte tenu du choix indiqué, celui de commencer par la déconstruction, il nous fallait nous occuper d'abord de l'oeuvre du penseur en question. Qu'est-ce qui l'a conduit à s'imposer à lui-même cette tâche gigantesque? Et s'il avait accompli l'impossible, s'il avait atteint son but, que se serait-il passé? Nous ne pouvons nous dispenser de ce questionnement-là, même s'il mène sans doute beaucoup trop loin pour nous.

Et puisque nous parlons d'oeuvre, nous devons commencer par briser la circularité que lui imposent les systèmes, qu'il s'agisse de l'art, de la pensée ou de l'action.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

DERRIDEX (index des mots de l'oeuvre de Jacques Derrida)

-

[Quelques parcours à partir des mots de Jacques Derrida] (Le vocabulaire de la déconstruction)

-

[La déconstruction ne revient pas à un sujet, à un moi ou à une conscience : ça se déconstruit, c'est en déconstruction]

-

[En plus de ce qu'elle représente, signifie ou figure, une oeuvre d'art en appelle à un supplément, elle promet une prime de plaisir, un plus-de-jouir]

-

[Œuvrance et déconstruction : la stratégie politique de la vaccination]

-

[Il revient à l'Orlœuvre la tâche de répondre, en-dehors de tout genre, du singulier, de l'unique]

-

[Dans toute oeuvre "digne de ce nom", un mouvement est à l'oeuvre : l'"archi-oeuvre"]

-

[L'oeuvre, en son mouvement, tient à l'ajointement inouï du programme et de l'événement]

-

[En substituant d'autres noms à la nomenclature usuelle des styles, des genres et des courants, on peut transformer en profondeur notre perception de l'art]

-

[L'oeuvre derridienne répond d'un secret qui reste indéchiffrable]

-

[Par son opacité, la disparité interne de ses oeuvres, leur "restance", leur instantanéité, la peinture de Manet résiste à l'intelligibilité picturale]

-

[L'oeuvre d'art est promesse d'une révélation imminente, qui se redit sans cesse et ne se produit pas]

-

On sait que le loft est hanté, bien que les spectres n'aient laissé aucune trace visible

-

Là où "il faut" que les controverses s'inscrivent

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

- Bendito : Personne n'a jamais demandé à qui que ce soit de participer à la Fabrique orlovienne. Aucune association, aucune université, aucune maison d'édition, aucun parti ni aucun syndicat, aucun groupe de presse, aucun courant d'idées, personne. Les Orloviens restent d'illustres inconnus, aussi bien individuellement que comme groupe - et quant au scripteur, c'est à peine une ombre, l'ombre d'une ombre. Qui la connaît, cette Fabrique? Qui y attache de l'importance? Qui la prend au sérieux? Sur qui l'Orloeuvre a-t-elle la moindre influence? Fouillez dans la société, cherchez dans ses angles sombres, ses strates et ses replis, vous n'en trouverez pas le moindre indice.

- Ouzza : Et pourtant, quelque chose s'y joue. Un enjeu multiple, diffracté, insituable, ni institutionnel, ni étatique, ni économique, ni social, ni culturel, ni même philosophique, et aussi tout cela à la fois.

- Pascual : Ce qui est étrange, dans la réception de Jacques Derrida, c'est que des parcelles de son héritage aient pu se disséminer un peu partout sans que l'essentiel, la déconstruction, ait apparemment trouvé preneur.

- Jorge : Pourtant le mot s'est répandu, on en parle à tous propos.

- Dick : Oui, mais sous la plume de Derrida, il s'agit d'autre chose. En arrivant aux Etats-Unis, Freud aurait dit : "Ils ne savent pas que je leur apporte la peste". Tout se passe comme si les lecteurs virtuels de Jacques Derrida ne le savaient que trop, c'est pourquoi ils l'évitent.

- Bernard : On a dit, un jour, que la Fabrique pourrait être un lieu pour la déconstruction. Ce n'était qu'un mot. Il n'y avait pas d'autre lieu que ce qu'on a pris l'habitude d'appeler le loft, ce vaste hangar à deux niveaux qui n'est rien d'autre qu'un vaste hangar, quoiqu'en dise Danel. Donc, il ne s'y passait rien, à part quelques conversations, mais il est arrivé un phénomène étrange, c'est que le simple fait de dire que c'était un lieu pour la déconstruction, ça a déclenché le mouvement. A partir de là les conversations ont cessé d'être anonymes. On a changé de logique, on est sortis de la stérilité des controverses et des propositions. C'est alors que la question de l'oeuvre a été posée.

---

- Scripteur : Ce travail-là a été et reste le grand dévoreur de temps. Sans lui, je n'aurais été capable ni de dire, ni d'écrire, ni d'épeler; j'aurais à peine pu entamer le début du commencement. Je fais ce que je peux pour avancer, poursuivre, compléter, mais je ne me fais aucune illusion, même si j'avais la possibilité un jour de me rapprocher de ce que je percevrais comme un certain degré d'achèvement (ce dont je doute), il n'aurait rien d'un aboutissement, ce ne serait qu'une transformation de plus, un passage obligé, une contrainte d'érudition qui n'aurait d'autre effet que de m'autoriser à franchir le pas suivant. Une fois posé ce corps de pensée, après avoir pris soin de laisser ouvertes les vannes qui lui permettent de se modifier, alors seulement s'ouvre la véritable tâche.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
GdoFabrique

AA.BBB

DerridaDeconstruction

ZB.LLO

ProEmploi

DE.LDE

RECEGParcours

IQ.LLO

DV_GdoFabrique

Rang = YYV_Orloeuvre
Genre = MK - NP