Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la différance                     Derrida, la différance
Sources (*) : Derrida, la mort               Derrida, la mort
Jacques Derrida - "La voix et le phénomène", Ed : PUF, 1967, p114

 

Differance infinie et finie (Pascual Pariselli, 2010) -

La différance infinie est finie

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans son idéalité, la forme de la présence peut se répéter elle-même à l'infini (p75). Mais ce mouvement ne peut être retenu que dans un mouvement fini. Pour Husserl lui-même, il n'y a de vérité originelle que dans cette rétention. C'est là, dans ce rapport fini à l'infini, que s'enracine la trace, qui introduit le mouvement même de la différance.

Qu'en est-il du présent-vivant si l'identité idéale est répétée à l'infinie? Il est lui-même différé à l'infini. Husserl reconnaît qu'on ne peut pas et qu'on ne pourra jamais substituer des expressions objectives à des expressions subjectives. On ne pourra jamais retrancher de la langue les mots occasionnels pour les remplacer par des expressions univoques et fixes. En conséquence, le système des distinctions essentielles et idéales (y compris entre expression et indication, sujet et objet, idéalité et non-idéalité) n'est qu'une structure téléologique [qui échappe à la réduction transcendantale].

Il ne sera jamais possible de dériver la différence à partir de la présence. L'idéal ne peut apparaître que comme différance infinie, dans un rapport à la mort, c'est-à-dire à la finitude, à ma finitude empirique. La différance n'est rien hors de ce rapport.

-------

Dans Limited (p234), toujours à propos de Husserl, Jacques Derrida renvoie à cete analyse. Dans Préjugés (p122), il reprend cette formulation sous une forme légérement différente : Différance jusqu'à la mort, pour la mort, sans fin parce que finie. La différance est sans fin car, jusqu'à la mort, l'homme reste à la porte de la loi. Il ne faut pas en approcher. Elle ne dit pas non, mais pas encore.

-------

 

 

Jean-Luc Nancy a raconté le 21 octobre 2004, quelques jours après la mort de Jacques Derrida, qu'il l'avait un jour interrogé sur cette phrase en en soulignant la difficulté. Derrida a répondu : "Tu sais, je ne suis pas certain de très bien comprendre moi-même". Sa pensée lui échappait, ce qui illustre justement la "différance", dit Nancy : "Non une simple distinction entre l'être et l'étant, mais la pensée de l'être qui se diffère dans l'étant, l'être qui consiste à s'écarter en soi de soi, de la substance ou du sujet, du concept donc aussi".

C'est cet impensable qui nous fait penser, toujours à fonds perdu, en tous cas à vie perdue, ajoute Nancy.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDifferance

VF.LOM

DerridaMort

DE.LED

T.différance

Rang = H
Genre = DET - DET