Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Lévinas                     Derrida, Lévinas
Sources (*) : Derrida, l'autre               Derrida, l'autre
Jacques Derrida - "L'écriture et la différence", Ed : Seuil, 1967, p155 - Violence et métaphysique

 

Street Art -

Pour dire l'altérité absolument irréductible de l'autre, il faudrait s'interroger sur ce que signifie "autre" avant les déterminations de l'heteros grec et de l'autrui judéo-chrétien

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Analysant le texte de Lévinas, Jacques Derrida le critique et en même temps le radicalise. La pensée de Lévinas s'organise autour de l'hypothèse d'un autre absolu, infiniment irréductible, un infiniment-Autre qui marque la limite de tout pouvoir, de toute violence. Ce lieu de résistance éthique, c'est pour Lévinas le visage. Pour occuper cette place, il faut que le visage ne soit pas dans le monde, qu'il ouvre et excède la totalité. Or le visage s'exprime dans le sensible. Il parle, il regarde. Sa résistance est étrange, impensable, non réelle, et pourtant c'est celle d'autrui. L'existence du visage, c'est l'existence d'autrui. C'est là qu'intervient la critique de Derrida. Nous nous servons familièrement de ce mot, Autrui, parfois avec une majuscule. Or qu'est-ce que ce mot? Un nom commun? Un substantif? Il ne supporte ni l'article défini (on dit : Autrui, et non pas l'autrui comme on dit l'autre), ni le pluriel. Il n'a pas de genre. Selon le Littré, il provient de alter-huic, cet autre (celui-là). Quoiqu'anonyme, il n'est pas un nom propre. C'est un mot sans concept, et même, dit Derrida, "le désordre même de la conceptualité" (p154), un mot dont aucune phénoménologie ne peut rendre compte, qui correspond à un régime particulier du langage.

Dans "autrui", la pensée grecque de l'"hetero" (altérité en général) semble s'essoufler.

Ceci reconduit au questionnement derridien. Comment accéder à l'altérité absolue et irréductible de l'autre sans la réduire à la parole et au regard d'"autrui"? C'est Lévinas lui-même qui donne une piste : une philosophie du "Il", de l'Illéité, associée à une méditation sur la trace. Mais cette méditation, selon Derrida, "déborde infiniment la monade de l'ego cogito".

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaLevinas

FE.RRR

DerridaAutre

RL.RED

U.autrui

Rang = K
Genre = MK - NG