Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la circoncision                     Derrida, la circoncision
Sources (*) : Derrida, l'alliance               Derrida, l'alliance
Jacques Derrida - "Circonfession", Ed : Seuil, 1991, p203

 

Etude de draperie (Leonard de Vinci, 1472-76) -

Fellation, parole

Fantasme de Jacques Derrida : "Ma mère, en signe d'alliance, me circoncit de ses lèvres, et j'éjacule dans sa bouche quand elle avale le prépuce"

Fellation, parole
   
   
   
Derrida, la tora Derrida, la tora
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Ce fantasme, il l'avait raconté dans ses carnets de 1976-84. Il l'avait rapproché des visions de Catherine de Sienne ["Ce sang nous fut donné en abondance; ainsi le huitième jour qui suivit Sa naissance, fut mis en perce le petit fût de Son corps, lors de la circoncision... entrons dans le cellier ouvert au flanc du Christ crucifié où nous trouverons ce sang tout en pleurant d'angoisse et de douleur sur la blessure de Dieu" (p222)]. Il s'était interdit (juré) de ne jamais montrer ni publier (les carnets) [ce qu'il fait à présent, en partie]. A la mort de sa mère, c'est comme s'il était délié de cette promesse (parjure, blasphème). Le fantasme peut s'écrire, voire même, pourquoi pas, se théoriser, comme il le fera dans Schibboleth, entre autres.

CITATION : "Imaginez l'aimée (me) circoncisant elle-même, comme faisait la mère dans le récit biblique, provoquant lentement l'éjaculation dans sa bouche au moment où elle avale la couronne de peau saignante avec le sperme en signe d'alliance exultante, ses jambes ouvertes, les seins entre les miennes, riant, tous deux riant, se passant les peaux de bouche à bouche comme une bague, le pendentif du collier attaché à son cou".

Et encore (p213) : "l'autre tient, tire, étire, sépare la peau d'avec mon sexe dans sa bouche, en face ou au-dessus de moi, elle me fait espermer en cette étrange condition...".

-------

Est-il trop audacieux de comparer ce fantasme à celui de Léonard de Vinci, tel qu'il est rapporté par Freud? Derrida, comme Léonard, avait une incroyable soif de savoir. Comme Léonard, il nous laissa une oeuvre immense sur les sujets les plus variés, en prenant le soin d'un déplacer les problématiques. Certes, Derrida n'était pas peintre. Mais sa fascination pour le texte n'est-elle pas le déplacement d'un désir de dessin?

 

 

On enveloppe le sexe ensanglanté dans un linge et on jette le prépuce. En mémoire de cela, l'homme dénudé revêtira le talith.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaCirconcision

YI.ILM

DerridaAlliance

YM.MER

ProFellation

VC.IRO

DerridaTora

HV.LLI

YFantasme

Rang = YFantasmeCirconcision
Genre = MR - IB