Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le judaïsme                     Derrida, le judaïsme
Sources (*) : Derrida, Lévinas               Derrida, Lévinas
Jacques Derrida - "L'écriture et la différence", Ed : Seuil, 1967, p226-7

 

Autoportrait (Edouard Moyse, 1843) -

L'Autre infini, absolu

Avec Lévinas, le judaïsme comme expérience de l'infiniment-autre se produit comme logos

L'Autre infini, absolu
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

A la suite d'une longue discussion sur la relation entre Lévinas et Heidegger, Derrida finit par caractériser la pensée de Derrida comme empirisme (p224-5), car l'expérience de l'infiniment-autre est, pour Lévinas, irréductible, antérieure au logos; la source de la pensée n'est pas conceptuelle, elle est extérieure au langage. Cela le situe en-dehors de la pensée philosophique. Mais d'un autre côté, Lévinas ne peut éviter de penser dans la langue du logos grec. Ainsi d'une part il s'exclut de la philosophie (en refusant de s'incliner devant la cohérence du logos); d'autre part, il est un lieu privilégié de la rencontre du Grec et du Juif, car il continue à parler grec. Sa tâche est d'exprimer "le déchirement profond d'un monde attaché à la fois aux philosophes et aux prophètes".

Si le prophétisme juif néglige de se dire dans les termes du logos, il risque de s'enfermer dans un silence, d'être livré à la guerre, à la violence. Inversement, en accueillant la pensée juive de l'altérité, le logos grec se protège de toute surprise qui pourrait venir d'une pensée extérieure au logos. Et Derrida de terminer sur l'inévitable citation de Joyce : "Jewgreek is greekjew. Extremes meet".

 

 

Le "comme" dans "comme logos" traduit et trahit l'extériorité de la pensée juive par rapport à ce même logos, extériorité irréductible. Si Lévinas a pris ses distances par rapport à Husserl et Heidegger dont il fut l'élève, ce n'est pas par incompréhension ni par régression; c'est par choix, c'était le prix à payer pour accueillir l'héritage juif dans la pensée moderne. Dès 1964, date de publication de cet Essai sur Emmanuel Lévinas, Derrida avait repéré les lignes de fracture qui ne cesseront d'écarteler sa propre pensée.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJuifs

WG.APM

DerridaLevinas

EI.JIL

ProToutAutre

WH.JUI

T.juifs

Rang = N
Genre = MR - IA