Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'écran vient en plus                     L'écran vient en plus
Sources (*) : Art et perspective immédiate               Art et perspective immédiate
Elfriede Eischenbeck - "Videoflux à ciel ouvert", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 22 juillet 2004

 

ST (K. Ha ring, 1985) -

Mutation des régimes visuels

Les points de fuite, de vue et de distance se dissolvent dans l'écran télévisuel

Mutation des régimes visuels
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

a) Le point de fuite.

Le point de fuite de la perspective est un point abstrait, qui varie en fonction de la surface de représentation et de l’angle de vue. Il est le résultat d’un rapport entre un objet représenté, une surface et un regard, c’est-à-dire d’une dialectique à plusieurs pôles.

Au cinéma, on conserve trois pôles qui peuvent définir trois types de points de fuite : celui de l’image elle-même (articulation des différents champs qui la composent); la source de lumière (le projecteur, à la place qui fut occupée par la caméra, derrière le spectateur), le regard du spectateur. Le cinéma fait respirer le réel en jouant sur ces trois sources de manière dissociée : une image complexe, un éclairage dissimulé, un regard désirant.

A la télévision, il n’y a plus que deux points de convergence : la lumière au fond du tube de télévision, qui est indépendante du contenu de l’image, le regard du spectateur. Il n’y a pas trois points, mais seulement deux; et ces deux points entretiennent une relation de dépendance réciproque dans laquelle ils finissent par se confondre.

L'image cathodique fusionne les deux pôles de la représentation. L’absence de lumière externe conduit à la spécularité.

 

b) Le point de distance.

A la télévision, il ne sert plus à rien, puisque l'écran télévisuel est vu de la même façon quels que soient l'angle et la position du sujet.

 

c) Le point de vue.

Au fond du tube télévisuel, le point de vue est disséminé, avec la lumière, sur toute la surface de l'écran.

 

 

 

Il n'y a pas de point fixe. La forme télévisuelle démultiplie un point de vue unique. Elle ne propose qu'un seul angle de vue sur le monde. Elle ne voit le monde qu'à sa façon à elle, à la façon d'une télévision. Comme il n'y a pas de sujet, il s'agit d'un angle de vue et non pas d'un point de vue : le regard télévisuel est réduit à l'angle qu'impose son propre dispositif.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Elfriede
ProEcran

FF.FAO

EVocalPerspective

IG.GGI

MutationVision

ET.LET

Q.perspectiveCtp

Rang = L
Genre = MK - NG