Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur l'Aleph                     Sur l'Aleph
Sources (*) : Musique, plaisir religieux               Musique, plaisir religieux
Armando Benjoz - "Une jouissance trop pure", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 30 juillet 1996

 

La lettre (e) -

La lettre en plus

Les français ignorent qu'ils ont un aleph dans leur langue : la lettre (e) - pure voix de la musique

La lettre en plus
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

Les Français n’ont pas conscience de l’incroyable richesse qui gît dans leur langue, ils ne savent pas que la lettre la plus fréquente, la plus cachée, la plus oubliée, la plus mystique et fantasque, la seule qui soit capricieuse, la lettre qui marque le féminin avec bien plus de discrétion et d’efficacité que le (a), cette lettre savante, imprononçable et sans caractère, cette lettre indispensable à la respiration de la langue, typiquement française, cette lettre est la plus méconnue de toutes.

On peut comparer le (e) à l’aleph, l’aleph biblique, la lettre des lettres, la lettre par excellence, la lettre qui ne figure même pas dans le tétragramme bien qu’elle soit l’initiale de toutes. Les locuteurs d’une langue sont les moins aptes à percevoir ses richesses, et les français ignorent qu’ils ont un aleph invisible dans leur langue. Un grec, lui, peut s’en apercevoir, parce que sa langue maternelle n’a ni aleph ni (e).

 

 

La fonction du (e) est de représenter l'inaudible. S'il pouvait y avoir une pure musique, elle n'aurait pas d'autre contenu que cette lettre. Comme la musique désire parler mais en est incapable, elle se réfugie dans les creux, dans les blancs du discours. Quand nous chantons, nous ne parlons pas. Il y a place pour un autre genre de son. Nous l'écoutons passionnément. Une lettre muette désire parler, mais elle en est, par elle-même, incapable - puisqu'elle est muette! mais rien n'est perdu, car la musique parle pour elle.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Armando
CabAleph

FR.EEE

ProMusique

LE.MUS

IVocalEcrit

BE.PLL

V.aleph

Rang = Q
Genre = DET - DET