Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Croire en la beauté                     Croire en la beauté
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Iasna Grez - "Puits d'harmonie", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 3 janvier 2006

 

-

[La seule chose en laquelle on puisse croire, vraiment croire, sans réserve ni restriction, c'est la beauté]

Autres renvois :
   

L'esthétique

   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

S'il vous plait, présentez-moi quelque chose qu'on ne puisse ni prouver, ni démontrer, ni réfuter, et qui pourtant survive à toutes les crises, toutes les polémiques et toutes les contradictions. Quelque chose qui se rattache directement à l'existence, au sentiment d'être au monde, de le voir, de le sentir et d'y participer par son corps. Quelque chose d'anthropologique, lié, comme l'expliquait Freud, à notre posture verticale, à la nécessité dans laquelle nous sommes (nous les humains) de maîtriser notre sexualité et sensualité pour parler et pour vivre, et que je ne me lasse jamais de contempler. Il y a un nom pour ça, la beauté. Ce simple nom me laisse bouche bée, stupéfaite. Qu'il s'applique à une forme humaine, un tas d'ordures, une oeuvre d'art, un paysage merveilleux ou une ruine, il ne me laisse jamais indifférente. Je ne suis pas surprise que certains peuples (pas tous) l'ait érigée en valeur, même si pour moi ça n'est pas une valeur, c'est une expérience inassouvie. Si je n'utilise pas le mot esthétique, c'est pour éviter de tomber dans quelque régulation que ce soit. Il ne s'agit que du beau.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La beauté est l'expérience d'un non-savoir irréductible : il y a dans cet objet qui ne manque de rien la trace d'une absence

-

Il ne peut y avoir aucune règle objective du goût, qui déterminerait par concepts ce qui est beau

-

Est beau ce qui plaît universellement sans concept

-

Est beau l'objet d'une satisfaction qui résulte d'un jugement de goût, indépendamment de tout intérêt

-

Pour qu'il y ait sentiment de beauté, il faut que l'objet beau soit coupé de son but; devant cet abîme, nous restons bouche bée

-

Le beau appartient à la substance même de l'esprit : il est autonome et originaire et réside dans la création pure

-

La beauté visible n'est que le reflet d'une beauté invisible, elle-même le reflet de l'absolue beauté

-

Une idée esthétique est une représentation de l'imagination qui donne à penser, sans qu'aucun concept ni aucun langage ne la rende intelligible ni ne l'exprime complètement

-

Toute beauté est vérité

-

La beauté est un mode d'éclosion de la vérité

-

Le jugement de goût n'est pas logique, mais esthétique, car il ne peut être que subjectif

-

Il est impossible qu'il y ait un principe objectif du goût

-

La beauté est le nom de l'ouverture que parcourt un désir : le passage de la forme et du fond l'un dans l'autre

-

Le passage de l'homme à la station verticale, qui a rendu visibles les organes génitaux, est à l'origine de la beauté, de la pudeur, de la culture - et aussi de la prééminence de la vision

-

Par la beauté, qui est intuition sensible, nous saisissons les limites de l'homme, mais aussi sa nature et son destin, qui est de s'affirmer comme être fini, individu autonome

-

Il n'y a pas de place pour une esthétique de l'homme car il est porteur de l'idéal du beau et représente lui-même, dans sa forme, la beauté idéale

-

L'acte esthétique est celui qui révèle par excellence l'intersubjectivité

-

Dans tous les Beaux-Arts, l'essentiel est la forme, orientée par rapport à une fin pour le spectateur qui en juge et en tire un plaisir culturel

-

La bonne forme est une conquête de l'espace, elle l'investit, elle le maîtrise, elle s'en empare avec violence

-

Une ruine devient belle après le passage d'une crue, d'une surabondance qu'elle a emmurée

-

La beauté est double : sous une enveloppe relative, circonstancielle, une autre beauté inaccessible est promise

-

Pour les impressionnistes, la beauté est sous les yeux, dans le présent, dans la vérité, dans la vie

-

Le beau est le symbole du bien moral

-

Il y a deux sortes de beau : celui qui donne le plus de plaisir ou d'utilité; celui qui respecte un certain ordre

-

En peignant l'horreur à la place de la beauté, l'art contemporain restaure l'imitation académique

-

La beauté ne dépend ni de l'existence de l'objet, ni de l'intérêt que j'y porte, mais d'un jugement

-

Dans l'acte de juger esthétique, j'attribue à mon sentiment particulier valeur universelle

-

L'essence du beau est indifférence, froide splendeur et silence

-

L'artiste grec ne peignait que le beau

-

Au 18ème siècle, philosophie et critique esthétique sont intimement liés

-

[Kant et l'esthétique]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Iasna
ArtBeau

AA.BBB

PlanSite

IC.LIC

KB_ArtBeau

Rang = MBeaute
Genre = -