Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'art, l'oeuvre                     Derrida, l'art, l'oeuvre
Sources (*) : Derrida, auto - affection               Derrida, auto - affection
Jacques Derrida - "La vérité en peinture", Ed : Flammarion, 1978, p55

 

Le Banquet de Cleopatre - detail (Tiepolo, 1746-47) -

Derrida, le tout - autre

Le beau est une structure d'hétéro-affection pure : auto-affection affectée de l'objectivité pure du tout-autre

Derrida, le tout - autre
   
   
   
Valoriser l'hétérogène Valoriser l'hétérogène
Derrida, le beau               Derrida, le beau  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Derrida commente le jugement de goût selon Kant. Il doit apporter une satisfaction désintéressée. Cela signifie que l'existence empirique de l'objet ne doit pas être prise en considération. Si je dis "Cet objet est beau", je dois le considérer avec détachement. Je n'en tire aucune autre satisfaction que celle qui dérive du jugement que je porte. Il y a plaisir, mais c'est un plaisir pur, énigmatique : sans concept et sans jouissance (dit Kant). Qu'est-ce que c'est que ce plaisir? Pour le définir, Derrida utilise le concept d'auto-affection pure qu'il a développé à propos du temps, de la voix et de l'imagination (à noter la place centrale et indéfinie de l'imagination chez Kant).

Le jugement de goût est subjectif et donc esthétique (rapport à l'affect, aisthesis). Il s'appuie sur un plaisir qui fait l'objet d'une sorte de réduction transcendantale : plaisir livré dans la pureté de son essence, sans contamination par le dehors. Cela implique la neutralisation du plaisir intéressé, et aussi un deuil. Derrida en donne la formulation : je-me-plais-à. Ce plaisir est purement subjectif (je me plais), mais néanmoins orienté vers un heteros : le tout-autre. La question du beau devient celle-ci : comment passe-t-on de l'auto-affection à l'hétéro-affection?

 

 

Sans parler de beauté, Derrida évoque cette même structure à propos de l'autoportrait. Car cet autre que le signataire désigne, cet autre est inaccessible, inappropriable, il fait peur. Ce qui fascine dans l'autoportrait est que l'auteur ne se voit pas ou se voit comme autre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArt

DH.TAU

DerridaAutoAffection

IB.EAU

DerridaToutAutre

UB.EAU

ProHeteros

UB.EAU

DerridaBeau

JJ.LJJ

UBeau

Rang = OBeau
Genre = MR - IB