Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Peinture et planéité                     Peinture et planéité
Sources (*) : Prendre acte du support               Prendre acte du support
Clement Greenberg - "Art et culture, essais critiques", Ed : Macula, 1988, p82

 

Violon et pipe (George Braque, 1913) -

Le cubisme accouche du réel

Picasso et Braque ont inventé le collage pour résister à la planéité qui menaçait d'écraser le tableau cubiste

Le cubisme accouche du réel
   
   
   
Le collage Le collage
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le collage a été un événement majeur dans l'évolution du cubisme. On ne sait toujours pas qui l'a inventé, ni quand (probablement fin 1911). Les oeuvres produites entre 1907 et 1914 n'étaient ni datées, ni signées.

Face à l'abstraction croissante du cubisme analytique, ils ont pu vouloir renouveler un contact avec la "réalité". Mais en quoi le papier ou le bois collés sont-ils plus réels que le pigment?

Dès 1910, Braque s'est trouvé embarrassé par la contraction de l'illusion d'espace. Dans certains tableaux, il introduit un léger trompe-l'oeil ou suggère une illusion. Pour dissocier la surface, il imite la typographie. Les caractères d'imprimerie arrêtent le regard sur la surface plane (comme une signature), et par effet de constraste tout le reste est renvoyé à une réminiscence d'espace profond ou plastique. D'autres procédés sont utilisés pour souligner la réalité de la surface : sable mélangé au pigment, simulation des veines du bois ou du marbre. Le processus d'aplatissement semblant inexorable, Braque introduisit de vrais morceaux de papier peint (1912) et Picasso de la toile cirée. Encore une fois, le reste est repoussé dans une idée de profondeur soulignée par le caractère non représentatif des éléments ajoutés (détrompe-l'oeil). Chaque élément du tableau entretient un rapport ambigu avec la surface. L'oscillation entre surface et profondeur ne cesse d'être relancée par les différents moyens utilisés, de plus en plus abstraits.

 

 

Ils voulaient s'en tenir à un art de la représentation et de l'illusion : trouver un équivalent bidimensionnel à chaque aspect de la vision tridimensionnelle, en utilisant des moyens aussi purs que ceux de Cézanne. Il fallait pour cela maintenir un écart entre le contenu du tableau et sa surface, entre la planéité représentée et la planéité littérale.

Il s'agit de sauver la perspective, même là où elle a presque disparu. Par essence, le cubisme joue avec l'espace géométrique. Si celui-ci disparaît (comme dans la peinture abstraite), il n'a plus de raison d'être. Il le re-crée toujours avec d'autres moyens, dans une logique supplémentaire qui rappelle celle décrite par Derrida.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Greenberg
PeinturePlane

MI.LMI

PeintureSupport

FL.LEF

ArtCubisme

PC.OIL

ArtCollage

CE.LCE

T.cubisme

Rang = O
Genre = MJ - NA