Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la différance                     Derrida, la différance
Sources (*) : Oeuvre, arrêt, différance               Oeuvre, arrêt, différance
Jacques Derrida - "La vérité en peinture", Ed : Flammarion, 1978, p93

 

Route ascendante (Sou tine, 1917) -

Derrida, le parergon

Le manque est un terme métaphysique qui désigne la différance en tant qu'on ne peut pas l'arraisonner

Derrida, le parergon
   
   
   
Derrida, le manque Derrida, le manque
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Citation : "Le se-protéger-de-l'oeuvre, de l'energeia qui ne devient ergon que (depuis le) parergon : non pas contre l'énergie libre et pleine et pure et déchaînée (acte pur et présence totale de l'energeia, premier moteur aristotélicien) mais contre ce qui manque en elle; non pas contre le manque comme négatif posable ou opposable, vide substantiel, absence déterminable et bordée (encore l'essence et la présence vérifiables ) mais contre l'impossibilité d'arrêter la différance en son contour, d'arraisonner l'hétérogène (la différance) dans la pose, de localiser, fût-ce de manière métempirique, ce que la métaphysique appelle, on vient de le voir, manque, de le faire revenir, égal ou semblable à soi (adaequatio-homoiosis), en son lieu propre, selon un trajet propre, de préférence circulaire (castration comme vérité)" (La vérité en peinture, p93).

Il y a dans le mot "manque" deux déterminations apparemment distinctes :

- le manque comme négatif, posable ou opposable. Il s'agit du sens le plus courant : vide substantiel ou absence déterminable (l'absence qui s'oppose à la présence), dans un trajet circulaire qui reconduit à la vérité (la castration comme vérité, adéquation à soi).

- l'hétérogène, ce qui est impossible à arrêter, qui produit une énergie libre, une productivité pure. C'est le versant de la différance.

Ces deux déterminations se rejoignent, elles sont le même. Dans l'oeuvre d'art (ergon), le parergon (le cadre ou ce qui y supplée) travaille à les border, à faire revenir le manque en son lieu propre, à le réduire à la dimension métaphysique du discours courant.

 

 

Parler du même à propos du manque semble lévinassien : ici le manque ne produit ni le désir ni l'oeuvre, il borde, il est le corrélat du même (ou du besoin, dit Lévinas). Derrida, en 1974-75, à propos de l'oeuvre d'art, penchait déjà dans cette direction.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDifferance

QM.GAT

OeuvreInarret

CM.LMM

DerridaParergon

CM.LMC

DerridaManque

DE.LDE

T.arraisonnement

Rang = N
Genre = MJ - NA