Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Kant, loi morale                     Kant, loi morale
Sources (*) : Kant, l'esthétique               Kant, l'esthétique
Emmanuel Kant - "Critique de la faculté de juger", Ed : Gallimard (Pléïade, tome 2), 1985, p1079 §42

 

Au harem (Emile Bernard, 1912) -

L'intérêt commun pour le beau dans l'art ne prouve aucun attachement au bien moral, tandis qu'un intérêt à contempler les belles formes de la nature témoigne d'une âme bonne

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'expérience montre que certains artistes ou amateurs d'art s'adonnent à des passions pernicieuses, vaines ou obstinées. Il n'y a pas de lien spécifique entre le sentiment du beau et le sentiment moral, et ces deux sentiments sont peut-être même inconciliables. Mais il en va différemment pour la beauté de la nature. Celui qui, dans la solitude, trouve un intérêt immédiat, d'ordre intellectuel, dépourvu d'excitation sensorielle, à contempler les belles formes, a généralement une manière de penser moralement bonne. Il y a donc une différence essentielle entre la beauté naturelle et celle de l'art.

Quelle différence y a-t-il entre la faculté esthétique, fondée sur le jugement de goût, et la faculté intellectuelle fondée sur le jugement moral qui conduit à la méditation? Dans le premier cas, l'intérêt est libre (l'art intéresse en lui-même), tandis que dans le second, il est fondé sur une loi objective (la belle forme intéresse en ceci qu'on peut lui associer une idée). Dans le premier cas, l'art ne vise que notre satisfaction, dans le second, un langage met la nature en relation avec nous.

Kant développe dans ce §41 la distinction entre deux types d'intérêt pour l'art qu'il avait déjà évoquée au début du §16, sous les termes de beauté libre et beauté adhérente. La première est sans concept, elle est vague, errante, séparée de son but, tandis que la seconde est conditionnée par un but. La première est rattachée par analogie au bien moral, tandis que la seconde peut être dévoyée.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Kant
KantLoiMorale

VB.EAU

KantEsthetique

MQ.IRA

UBeauMorale

Rang = RBeauMorale
Genre = MR - IB