Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Lévinas, l'"à - Dieu" : l'infini, le séparé                     Lévinas, l'"à - Dieu" : l'infini, le séparé
Sources (*) : Lévinas, l'autre, l'altérité               Lévinas, l'autre, l'altérité
Emmanuel Lévinas - "En découvrant l'existence avec Husserl et Heidegger", Ed : Vrin, 2001, p239

 

La femme bleue (P casso, 1902) -

L'infini est l'absolument autre, et le moi qui le pense pense plus qu'il ne pense

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

La tradition de l'Autre est philosophique, elle n'est pas nécessairement religieuse. Pour Platon, le vrai discours est avec les dieux, le bien est au-dessus de l'être.

Pour Descartes, le moi qui pense entretient avec l'infini une relation, qui est l'idée de l'infini en nous. L'idée de l'infini a ceci d'exceptionnel que son ideatum (acte mental, intentionalité) dépasse son idée. Elle vise ce qu'elle ne peut embrasser. L'altérité de l'infini ne s'annule pas dans la pensée qui le pense. La transcendance de l'infini, dont mon moi est séparé, est la première marque de son infinitude.

L'idée de l'infini a été mise en nous. C'est la seule qui apprenne ce qu'on ignore. C'est une relation avec l'extérieur qui ne peut s'intégrer au même. Le penseur qui le pense est plus que lui-même, et ce surplus ne vient pas du dedans.

L'infini n'est pas objet d'une contemplation. Une pensée qui pense plus qu'elle ne pense est désir.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Levinas
LevinasInfini

GE.LGE

LevinasAutre

MM.LMM

VInfiniAutre

Rang = H
Genre = MK - NG