Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'autre idée de la femme                     L'autre idée de la femme
Sources (*) : Autres controverses du Quai               Autres controverses du Quai
Jacaline Glevenors de Courtepierre - "La poursuite du bien", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 10 février 2006

 

-

[Virtuellement, chaque femme est une sorcière, une empoisonneuse, une infanticide, une pétroleuse et une traîtresse]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accťder ŗ son texte

 

- Jacaline : J'ai vu à Paris, en mars 2017, une exposition à la fois excellente et étrange. C'était aux "Archives nationales", et le titre était "Présumées coupables". Il s'agissait de "restituer la voix des femmes à travers les pièces de procédure". Fascinante, l'exposition montrait le soin extrême mis à consigner une parole féminine que par ailleurs on était incapable d'écouter. Qu'est-ce qui a pu pousser de respectables juristes à archiver ces paroles? Ce qui m'a semblé le plus bizarre, dans cette exposition, c'est le rapprochement de cinq "archétypes" : la sorcière, l'empoisonneuse, l'infanticide, la pétroleuse (Commune de Paris) et la traîtresse (femmes tondues). Le point commun entre ces cinq catégories serait la présomption de culpabilité. On torture la sorcière pour qu'elle avoue, on soupçonne certaines femmes de détourner leur fonction nourricière ou de pauvres filles violées d'avoir voulu tuer leur enfant, on accuse les révolutionnaires ou les collaboratrices de trahison. C'est ce rapprochement, appuyé sur des archives impressionnantes, qui peut étonner. Il éclaire plus sur la pensée de l'époque que sur les archétypes en question, qui tous sont ancrés dans un moment bien particulier de l'histoire. Il s'agit de donner droit à la parole des victimes, en ignorant ce qui fait la singularité historique de chacun de ces archétypes, du 16me au 20ème siècle. Elles ont été accusées à tort dans un contexte où la condition féminine, fortement sexualisée, était une condition aggravante - et cela suffit pour les réunir dans un ensemble. Pourtant Louise Michel n'a jamais été accusée de sorcellerie, et la pauvre fille qu'on oblige à avouer son commerce avec le diable n'a rien à voir avec celle qui aurait eu (sans preuve) une relation avec un occupant allemand.

(Jacaline : Plutôt que pétroleuse, je crois que j'aurais rêvé d'être ensorcelleuse - quoique probablement pas dans le sens où ils l'entendent. Mais je m'aperçois aujourd'hui que ça revient à peu près au même).

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Les idées sont des représentations rapportées à un objet selon un certain principe, mais qui ne peuvent jamais devenir une connaissance

La voix vivante, spontanément, fabrique de l'idéal. Mais cette voix, comment pourrait-elle être étrangère au corps? Elle ne peut pas l'être absolument, sous peine de pathologies risibles (bégaiement) ou terribles (autisme). C'est dans cette tension que le rapport à l'idéal s'exprime.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Jacaline
ProIdee

AA.BBB

ControvQuai

EU.LEU

II_ProIdee

Rang = O
Genre = -