Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le don                     Derrida, le don
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 22 janvier 2006 Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels

[Derrida, le don]

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
   
   
   
L'oeuvre, un don L'oeuvre, un don
                 
                       

1. Le don, figure de l'impossible.

D'un côté, le don s'inscrit dans une économie, il prend place dans la circulation des biens, des signes ou des marchandises. Mais d'un autre côté, il n'y a don qu'à condition de rompre cette économie, de perturber le cercle qui fait revenir ces biens à leur point de départ. De cette tension entre l'économique et l'anéconomique, Jacques Derrida déduit que le don est impossible, il est la figure même de l'impossible. Partout où domine le cours circulaire du temps, partout où les choses reviennent à leur point de départ, les conditions de possibilité du don ne sont pas remplies. Il ne peut y avoir don - s'il y en a - qu'à l'instant où une effraction a lieu dans le cercle - mais alors l'événement du don ne peut pas avoir lieu, il est annulé.

On ne peut détacher cette structure paradoxale du don de celle de l'oubli. Pour qu'il y ait don (c'est-à-dire que le don soit autre chose qu'un échange), il faudrait que soit oublié l'acte intentionnel du don, qu'il ne soit plus perçu comme tel, qu'il n'apparaisse plus, qu'il ne laisse absolument plus rien derrière lui, ni lien, ni dette, ni reconnaissance d'aucune sorte. Un tel oubli radical, absolu, ne peut pas être expérimenté. Il suffit que le don soit reconnu, identifié, gardé, arrêté par un sujet, pour qu'il soit transformé en échange symbolique et détruit.

 

2. Folie du don.

S'il y avait du don, il devrait être fait sans calcul, sans économie, sans échange, comme celui d'Abraham sacrifiant son fils. Il ne procèderait ni d'un souci de générosité, ni d'une fraternité, mais de l'expérience de la liberté. Il resterait pour toujours inlocalisable et secret, n'induirait aucune réciprocité, et même aucun souvenir. Un tel don ne pourrait raisonnablement avoir lieu : ce serait une folie. Mais cette folie ne cesse de nous menacer. On la rencontre, par exemple, dans l'amitié ou dans tout ce qui arrive comme oeuvre - c'est-à-dire performance, acte de donner, quel qu'en soit le contenu. Cet acte est une force disséminatrice ambiguë et complexe, qu'on ne peut jamais réduire à une seule logique, qui n'est jamais limitée par aucune ligne, aucun bord, comme le montre l'usage idiomatique du mot "don".

Par son oeuvre, Jacques Derrida aura désiré donner le don, donner le donner même du donner. Il aura voulu s'obliger, à la suite de Lévinas, à une responsabilité sans limite, à la dislocation de tout ce qui est restitution, échange, économie, endettement, circularité.

 

3. Le don d'avant le commencement.

On ne peut, dans la pensée derridienne, séparer la problématique du don de celle de l'écriture, de la trace ou du texte : chaque fois, un trait, une lettre, une langue, un corpus [ou une oeuvre] nous sont donnés, sans que rien d'identifiable (ni sujet, ni intention) ne reste de son origine ou de son point de départ. L'instance donatrice est morte, mais le don continue à produire des effets. Avant le commencement, avant la parole, avant la loi, il y a eu ce premier don, ce premier partage qui semblait ne rien donner, qui ne disait qu'un "Viens" sans surplomb, en-deça et au-delà du langage, mais sans lequel il n'y aurait ni confiance, ni croyance, ni promesse possibles. En ce point, le concept de don rejoint d'autres concepts : nature, différance.

Il faut donner. Cette loi extérieure au cercle de l'échange nous engage dans ce cercle, elle le fait tourner. C'est un devoir, une obligation, une nécessité qui tient à notre rapport à la langue, car le langage est lui aussi un phénomène de don-contre-don, un donner/prendre.

 

4. L'expérience du don.

Quoique impossible, le don peut être expérimenté, dans la société et aussi dans la langue. Dans son texte sur le régime du don (potlatch), Marcel Mauss indique que sa particularité par rapport à l'échange est qu'il est excessif, démesuré. Il intègre une force qui conduit d'un côté à rendre (restituer), d'autre part à différer la restitution dans le temps. Cette force, ce mouvement de différance, est produite par cette chose elle-même qu'est le don (donné/donnant). C'est elle qui, dans son auto-affection, déclenche à la fois le plaisir et la surprise. On pourrait concevoir un don sans échange, sans reconnaissance ni retour symbolique (comme un rêve), mais pas sans désajointements, délais, intervalles.

Quand le don est institutionnalisé, programmé, ritualisé, il devient sacrifice. Son caractère de dépense gratuite ou de dissipation s'efface devant l'organisation de la justice. Mais la justice elle-même, comme le sacrifice ou l'hospitalité, est ambiguë : au-delà de toute application du droit, elle se donne dans une dissymétrie incalculable, hétérogène, double et paradoxale. On retrouve cette dissymétrie dans la circoncision : une entrée dans la communauté qui est en même temps, indissociablement, désappropriation.

 

5. Dons de dons.

Toute oeuvre, tout texte raconte une histoire de dissémination absolue. Elle est donnée à tout autre qui la recevra. Mais il est des dons où ce qui se donne ne peut se donner que dans le temps de l'autre, le laissant parler son propre temps. C'est le cas de la poésie ou de toute oeuvre dite "géniale". Par un acte performatif inouï, elle opère un don inépuisable, inappropriable, qui se dissémine sans retour, sans autre salaire qu'une surabondance infinie.

Mais la dissémination, même surabondante, reste contigue au champ de l'être. Se donner au-delà de l'être, dans l'oubli de l'être et même dans l'oubli de l'oubli, dans l'effacement sans reste, cela aura peut-être été la promesse de Maurice Blanchot. Il aurait désiré ce don mais en signant ses textes, dans la blancheur de son nom, il aurait de nouveau affirmé son être, tout en accomplissant un pas vers l'autre qu'il partage avec ses amis Lévinas et Derrida : le don du don.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Partout où domine le "temps comme cercle", le don est impossible - il ne peut y avoir don qu'à l'instant où une effraction a lieu dans le cercle

-

Le don présuppose un système d'échange circulaire; mais il n'y a don, s'il y en a, que dans ce qui interrompt ce système - et annihile le don

-

S'il y a du don, il doit se donner comme un rêve : sans échange, ni reconnaissance, ni retour symbolique

-

Avec la ligature d'Isaac, Abraham accepte de donner en renonçant absolument à l'échange

-

Avant le commencement, avant la parole, avant la loi, il y a un premier partage, un don qui semble ne rien donner

-

Le don est l'effet de rien : imprévisible et inexplicable, il doit, comme l'événement ou la création, perturber l'ordre des causalités

-

Il faut donner, c'est la loi - et il faut rendre compte de cette loi qui oblige à donner

-

Chaque fois que, sans aucun langage de surplomb, on dit "Viens", on donne le don, on répète l'alliance

-

La langue est un phénomène de don-contre-don, un donner/prendre où se dit, s'écrit, se replie l'ambivalence du don

-

Dans le don, ce qui est donné n'est pas un contenu, mais l'acte de donner comme oeuvre, performance

-

Par la poésie, il faut laisser parler ce que l'autre a de plus proprement sien : son temps - son propre temps, il faut le donner à l'autre

-

L'oeuvre d'E.L. aura donné à penser une Oeuvre qui, avant même ce qu'elle en aura dit, aura obligé à une dislocation absolue de tout contrat, endettement ou circularité

-

Le don de Lévinas au lecteur, c'est la possibilité d'être livré à une responsabilité sans limite, de s'obliger librement à la dislocation du même

-

Il n'y a de problématique du don qu'à partir de la trace et du texte

-

Le don (s'il y en a) ne peut être limité par aucune ligne, aucun bord, aucun trait indivisible

-

Il faudrait renoncer aux mots "générosité" et "fraternité", pour privilégier des mots qui ne présupposent aucune généalogie, virilité ni souveraineté

-

Le don est toujours menacé par une folie disséminatrice, où la dépense n'attend aucun retour

-

Jacques Derrida désire donner le donner même du donner, un donner qui ne soit ni un objet, ni un dit, ni quelque opération assez identique à elle-même pour revenir au même

-

Un texte est destiné à partir en cendre ou en fumée, il raconte une histoire de don, de dissémination absolue, qui lui fait déborder son cadre

-

Une logique du don rappelle l'amitié à la non-réciprocité, la dissymétrie, la disproportion, l'irréductible préséance de l'autre

-

Il suffit d'une simple reconnaissance du sens intentionnel du don, d'une identification, d'une garde, pour qu'il soit transformé en échange symbolique, annulé et détruit

-

Une oeuvre fait oeuvre par un don qui vous change de part en part, tout en faisant oublier le donné, le donateur et même l'acte du don

-

Il faudrait penser l'oubli dans la condition du don, et le don dans la condition d'un oubli radical, absolu

-

Il n'y a don - s'il y en a - qu'en un lieu non localisé où le secret est scellé, crypté, indéchiffrable

-

Le sujet en tant que tel (identifiable, bordé, posé) ne donne jamais rien dont il ne calcule la réappropriation, l'échange ou le retour circulaire

-

Dans la chose donnée, qui appelle le don, le "ça donne" ne se distingue pas du "ça donné", il est donné-donnant

-

Dans la chose qu'on donne, à même cette chose, une force qui n'est rien [la différance] donne le temps

-

Le don est un mouvement de différance temporelle qui diffère de l'échange par l'excès, la démesure

-

La situation du génie est celle d'un don performatif, indécidable, monstrueusement inouï, inépuisable, inappropriable et irréductible à l'ordre de la preuve

-

Avec tous ses "autres" (l'art, la loi, la liberté, la société, l'esprit, etc...), le concept de nature déploie la logique du don, qui est celle de la différance

-

Donner par surprise à l'autre, tel est le plus grand plaisir qu'on puisse se donner, celui qui fait surgir le nouveau au plus proche de la cause de soi, de l'auto-affection

-

Les deux hospitalités sont hétérogènes et indissociables : conditionnelle, car il faut bien déterminer ce qu'on donne; inconditionnelle, car sans elle, on ne donnerait rien

-

Le don, qui se donne à penser comme la figure même de l'impossible, est à la fois ce qui circule dans une économie et ce qui l'interrompt

-

Le don, qui ne peut raisonnablement se donner "comme tel" qu'à condition de rester impossible, est contaminé par la folie

-

Le sacrifice se distinguera toujours du don pur : la destruction s'y échange contre un bénéfice, une protection ou un statut

-

La question de la justice ne se sépare pas de celle du don : rendre justice, c'est donner ce qu'on n'a pas

-

Il y a deux sortes de justice : celle qui fait droit (calculable); celle qui ouvre la dissymétrie infinie du rapport à l'autre (incalculabilité messianique du don)

-

La mort est cette fatalité par laquelle un don est destiné à ne pas revenir à l'instance donatrice

-

Le cercle est un symbole, le symbole du symbolique même - qui se produit dès qu'un sujet arrête le don

-

Le don de Blanchot, c'est qu'il se donne au-delà de l'être, dans l'oubli de l'être - SAUF que cet oubli de l'oubli est aussi un poison qu'il lui faut vomir en criant son nom

-

Les pommes de Cézanne sont des offrandes érotiques (Le Berger amoureux, 1883-85)

-

Nature morte aux pommes et oranges (Paul Cézanne, 1895)

-

L'economimesis est une économie générale où la voix (la parole, la poésie ou l'art) donne sans recevoir d'autre salaire qu'une surabondance infinie

-

L'expérience de ce qui nous fait naître à la langue est indissociable du don, de la circoncision ou de l'être-juif

-

En oeuvrant, Jacques Derrida ouvre la scène d'une langue, il donne le don des langues, il fait don du don

logo

 

Quand Cézanne fait donner une pomme à son berger amoureux, celui-ci n'en attend aucune réciprocité. Même mort, Cézanne nous fait toujours le don infini de ses pommes, qui surpassent toute valeur.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDon

AA.BBB

DerridaCheminements

DO.NNI

DerridaIncond

EF.LEF

ArchiOeuvreDon

CD.LKD

BC_DerridaDon

Rang = zQuois_Don
Genre = -