Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'oeuvre soutient le désir                     L'oeuvre soutient le désir
Sources (*) : L'humain, un être de supplément               L'humain, un être de supplément

 

Etude de nu -

A partir de notes prises lors d'une conférence donnée par Jean-Luc Nancy le 10 mars 2006 à l'Ecole Normale Supérieure.

Archi - oeuvre, modernité

En offrant une prime de plaisir, l'image d'art génère une tension supplémentaire qui maintient le désir

Archi - oeuvre, modernité
   
   
   
                 
                       

 

Pourquoi la représentation fait-elle plaisir? La bonne photo suppose un rapport avec l'absence de cette chose que nous voyons, avec le fond infini qui est au fond de l'image (ce qui explique que le plaisir soit mêlé de déplaisir). Ce qui s'est passé n'est plus. Nous aimons voir et revoir ce type de photo, encore et encore, alors que nous nous lassons de l'image banale.

Le plaisir du désir précède le plaisir final (satisfaction, décharge). La théorie esthétique de Freud, présentée dans son livre sur le Witz, qui est son livre d'esthétique, tient toute entière dans le principe de la prime de plaisir, ce plaisir en supplément qui permet d'accepter la décharge du plaisir final (celle de la pulsion). Grâce à cette prime, nous pouvons jouir de quelque chose d'interdit. Freud dit que ce concept de prime de plaisir est expliqué dans un autre livre, Les trois essais sur la théorie de la sexualité, qu'il a écrit exactement en même temps. Le concept homologue à la prime de plaisir est la Vorlust (plaisir préliminaire) qui est le plaisir du désir. Comment peut-il y avoir du plaisir dans ce qui n'est pas la satisfaction, mais un accroissement de tension? Freud renvoie au mot d'esprit et n'explique rien.

Tout se passe comme si c'était dans une tension maintenue entre l'esthétique et la sexualité qu'il fallait essayer de déchiffrer cette affaire du plaisir préliminaire. Le Vorlust qui vient avant le désir pour le rendre possible, qui accompagne la montée du désir, ce plaisir est un plaisir de tension. Freud touche là à la question de l'image, car le plaisir de la tension dans la tension, qui est peut-être le seul véritable plaisir (l'autre est la fin du plaisir), ce plaisir ne peut être qu'esthétique. C'est ce plaisir esthétique qui a lieu dans tout ce que Freud analyse autour des zones érogènes. La découpe des zones est comme une découpe d'image.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nancy
ArtDesir

CP.GOA

ProSupplement

VA.PRO

OeuvreCtp

FD.LFF

P.primeICS

Rang = L
Genre = MK - NP