Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Ah, l'art? Que des apories!                     Ah, l'art? Que des apories!
Sources (*) : Par l'irrépétable s'attise la reproduction               Par l'irrépétable s'attise la reproduction
Walter Benjamin - "Oeuvres III", Ed : Folio-Gallimard, 2000, p271 - L'oeuvre d'art à l'époque de la reproductibilité technique

 

Un couple et une fille avec des livres et une boite (Anonyme) -

Benjamin, l'aura

Il est du principe de l'oeuvre d'art d'avoir toujours été reproductible

Benjamin, l'aura
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Benjamin affirme cela d'emblée, dès le début de son texte sur L'oeuvre d'art à l'époque de la reproductibilité technique, en avançant cet argument : "Ce que des hommes avaient fait, d'autres pouvaient toujours le faire". Comme s'il suffisait qu'une oeuvre d'art ait été faite par un artiste pour que d'autres puissent la (re)faire! Et deux pages plus loin, il dit à peu près le contraire. Sans doute a-t-il voulu distinguer le principe de l'oeuvre d'art qui, en tant qu'objet, est reproductible, de sa réalité empirique, qui ne l'est pas nécessairement (en fonction des moyens techniques disponibles). Selon Benjamin, qui écrit cette version du texte en 1939, toute oeuvre d'art qui peut être reproduite, compte tenu des techniques de l'époque, l'est effectivement. Dès qu'on dispose de la fonte ou de l'empreinte (comme les Grecs), de la gravure sur bois, de l'imprimerie, de la lithographie, de la photographie, du cinéma, etc, on s'en sert; et le processus culmine vers 1900, quand presque tout devient reproductible.

---

Cela rappelle la remarque fameuse selon laquelle n'importe quel singe pourrait écrire les oeuvres complètes de Shakespeare en tapant au hasard sur une machine à écrire. Ce ne serait qu'une question de temps! L'absurdité de la remarque souligne l'unicité de l'oeuvre shakespearienne (que Benjamin appelle authenticité et dont, ici, il néglige l'impact) que véhicule l'aura.

 

 

Benjamin précise qu'il préfère éviter d'utiliser le mot de création, car ce même mot pourrait servir aux fascistes (comme si c'était à eux, les fascistes, de décider des mots dont nous nous servons!). Il s'ensuit une étrange ambiguité : si l'oeuvre n'a pas de créateur, alors elle est un simple produit, et il n'y a plus de différence de principe entre la production et la reproduction, CQFD. Contre-argument : ce n'est pas parce qu'un film est reproductible que la création d'un film l'est aussi! Imaginer le film, écrire le scénario, le réaliser, tout cela ne se fait qu'une seule fois, c'est un événement irrépétible et perdu, quel que soit le nombre final de copies.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
ArtQuid

NC.ORI

ProReproduction

CT.VRE

BenAura

HF.LHF

Q.reproduction

Rang = O
Genre = MK - NP