Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'art, l'oeuvre                     Derrida, l'art, l'oeuvre
Sources (*) : Derrida, le dessin               Derrida, le dessin
Jacques Derrida - "Mémoires d'aveugle, L'autoportrait et autres ruines", Ed : RMN, 1990, p10

 

L'Erreur (Antoine Coypel) -

Le portrait, l'absent

Il y a dans tout dessin d'aveugle un autoportrait du dessin dans son origine, qui spécule sur sa propre possibilité

Le portrait, l'absent
   
   
   
Hypothèse de la vue : la restituer Hypothèse de la vue : la restituer
Derrida, la vision : pleurs et aveuglements               Derrida, la vision : pleurs et aveuglements  
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Au moment précis où le dessinateur dessine, le regard tourné vers son dessin, il ne voit pas l'objet ou le modèle qu'il dessine. Ce moment, qui est le moment propre du dessin, a à voir avec l'aveuglement. En laissant sa main dessiner, le dessinateur rêve ou hallucine ce qu'il dessine. Le trait porte la mémoire d'une figure disparue. Le dessinateur se trouve dans la position d'un spectateur qui regarde un autoportrait dessiné par un autre. Il voit un regard, qui n'est que le reflet spéculaire d'un regard absent (ou mort). A chaque fois qu'un dessinateur dessine, son regard s'absente. Son dessin supplée un regard aveugle.

Que se passe-t-il si le dessinateur dessine un aveugle? Selon Derrida, comme il s'aveugle lui-même en dessinant, il y a toujours une part d'autoportrait. Ce qu'il dessine, c'est lui-même, aveugle, dessinant les yeux bandés, les mains en avant. Fasciné par l'aveugle, "il commence à représenter une puissance dessinatrice à l'oeuvre, l'acte même du dessin" (p10). Si l'acte du dessin est un aveuglement, dessiner un aveugle, c'est inventer le dessin.

En quoi consiste la puissance dessinatrice, le trait? D'abord, dit Derrida, en un retrait de la vue. Dans l'autoportrait, un miroir s'interpose entre le dessinateur et l'objet dessiné. Cet objet retiré (re-trait) est remplacé par le trait. Le trait est une mémoire inventive, une allégorie (il représente autre chose que ce qu'il présente). Ne pouvant se réapproprier ce qu'il dessine, il est en deuil, mais c'est un deuil impossible - pas seulement un deuil de l'objet, mais aussi un deuil de la vision.

 

 

L'Erreur, d'Antoine Coypel, peut être présenté comme une figure du dessinateur à l'oeuvre.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArt

FL.POI

DerridaDessin

VA.BEI

ArtPortrait

BS.LBS

ArtsRestit

KD.LKK

DerridaVue

HL.LLK

T.emergence

Rang = O
Genre = A -