Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'art, l'oeuvre                     Derrida, l'art, l'oeuvre
Sources (*) : Derrida, l'événement               Derrida, l'événement
Jacques Derrida - "Mémoires d'aveugle, L'autoportrait et autres ruines", Ed : RMN, 1990, p123

 

Allegorie sacree (Jan Provoost, 1515) -

Derrida, le musée

Une oeuvre est un événement sacrificiel, apocalyptique, qui ruine ce qu'il met en ordre et implore la résurrection de qu'il ruine

Derrida, le musée
   
   
   
Oeuvre, archi - performatif Oeuvre, archi - performatif
Apocalypse : les fins de l'homme               Apocalypse : les fins de l'homme  
Il faut à l'oeuvre un sacrifice, un retrait                     Il faut à l'oeuvre un sacrifice, un retrait    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

1.

Jacques Derrida commente [sans l'analyser, précise-t-il - car il n'est pas un historien de l'art, il n'est pas un expert, mais alors que fait-il?] le tableau ci-contre, intitulé Allégorie sacrée, ou encore Allégorie chrétienne. Comme toute peinture chrétienne, il convertit le regard. Il transforme la vision pour la soumettre à une loi de dissymétrie, d'expropriation, où le regard doit respecter une distance infinie, analogue à celle qui prévaut dans l'hymne, la louange ou la prière. On voit dans ce tableau l'agneau sacrifié qui surplombe le Christ, et le livre de l'Apocalypse de Jean, scellé de sept sceaux, qui surplombe la Vierge. Dans cette oeuvre, comme dans toute oeuvre sous-entend Derrida, on trouve les deux sens de l'Apocalypse (qui sont également les deux logiques à l'origine du dessin) :

- révélation, mise à nu, dévoilement, vérité de la vérité. C'est une mise en ordre. La peinture chrétienne hiérarchise, verticalise et oriente le regard. Elle rend visible la lumière qui se montre elle-même. On la contemple comme une représentation, une structure transcendantale, une bénédiction qui rend la vue.

- événément d'une catastrophe ou d'un cataclysme. La catastrophe, dans la peinture chrétienne, c'est qu'au moment même du dévoilement, il faut se voiler le regard. Pour voir l'oeil de Dieu, il faut s'aveugler. Cette catastrophe était déjà là, mais l'apocalypse du tableau la met à jour.

Mais l'événement qui fait venir l'oeuvre, la condition de possibilité de l'oeuvre, c'est l'imploration. Il ne suffit pas de déplorer la ruine, il faut une prière indissociable de la résurrection. Que fait l'oeuvre? Comme tout archi-performatif, elle entretient la dette. En s'aveuglant à la vision, elle fait en sorte que l'ordre pleure la ruine, et que la ruine pleure l'ordre; et c'est ainsi, en pleurant, qu'on peut commencer à penser.

2.

“L'ordre et la ruine ne se dissocient plus à l'origine du dessin, ni la structure transcendantale et le sacrifice, encore moins quand celui-ci montre à la fois son origine, la condition de sa possibilité et la venue de son événement : une œuvre. Une œuvre est à la fois l'ordre et sa ruine. Qui se pleurent. Déploration et imploration voilent un regard au moment même de le dévoiler. En priant au bord des larmes, l'allégorie sacrée fait quelque chose. Elle fait arriver, elle fait venir aux yeux en produisant un événement : elle est performative, ce dont serait incapable la seule vision si elle ne donnait lieu qu'au constat représentatif, à la perspicacité, à la théorie ou au théâtre, si elle n'était pas déjà en puissance d'apocalypse. En s'aveuglant à la vision, en se voilant la vue, par exemple en implorant, on fait peut-être quelque chose de ses yeux. On se fait quelque chose aux yeux“ (Mémoires d'aveugle, p123).

Dans ce passage, le mot "faire" est répété quatre fois, dont deux avec insistance, en italiques. Comment la vision peut-elle faire quelque chose ? Comment peut-elle produire une œuvre ? Il faut, pour cela, un aveuglement, une imploration.

 

 

Cette définition de l'oeuvre qui juxtapose deux dimensions, qui prend acte d'une duplicité, se retrouve dans la tension entre la différance et son encadrement, entre l'énergie (ergon) de l'oeuvre et son parergon.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArt

IC.APO

DerridaEvenement

OC.MQQ

DerridaMusee

OD.LOD

OeuvreArchiPerf

GH.LED

ApocalypseHumain

DG.LGG

ArchiOeuvreSacrifice

DF.LFD

UApocalypsePeinture

Rang = N
Genre = MR - IA