Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La suspension de la voix                     La suspension de la voix
Sources (*) : L'espace vocal               L'espace vocal
Mervyn Chally - "Le délire logologique du Contemporain", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 1er mai 1995

 

Voix autonome (Ignace Lequedeur, 2012) -

La voix s'autonomise

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

L’homme est l’animal qui étend ses organes à l’extérieur de lui-même. C’est une curieuse propriété partagée peut-être par quelques virus, mais qui semble ne jamais devoir s’arrêter, qui semble s’étendre toujours plus à d’autres organes. Il a externalisé sa main dans les outils, son esprit dans le langage (puis dans la science), son cerveau dans les livres (puis dans l’informatique). A chaque fois, ces objets externes qui n’étaient au départ qu’un prolongement de son corps ont prétendu (ou prétendent) à une certaine forme d’autonomie. C’est peut-être une illusion, mais c’est peut-être aussi une composante particulière de l’humain. L’homme se prend pour un être libre, et donc ses secrétions finissent aussi par se prendre pour des êtres libres. Il en a été ainsi de dieu comme du golem. Et voici que l’homme extériorise sa voix dans les machineries vocales (la prendra-t-il pour divinité?). Ce n’est pas vraiment une surprise car la voix est l’objet humain qui se détache le plus facilement. Depuis très longtemps, il la faisait voyager, cette voix, en parlant, en criant ou en laissant l’empreinte du souvenir vocal dans la mémoire des autres. Il la prenait aussi pour sa conscience ou pour l’impératif moral. Ce n’est donc pas d’aujourd’hui que la voix a été imaginée comme autonome. Ce qui est nouveau, ce qui représente un saut, ce n’est pas que la voix se détache momentanément de son émetteur pour se perdre dans des oreilles étrangères et s’évanouir, comme elle l’a toujours fait, profitant de la sûreté de l’oubli, c’est qu’elle acquière une existence séparée et qu’elle se constitue en système externe doté d’une certaine permanence et d’une capacité à revenir sur l’émetteur sous des formes métamorphosées. Voilà ce qu’on retrouve dans l'espace dit vocal (l’espace Ctp). Voilà peut-être l’évènement principal du 20ème siècle. La voix est le fondement de la logologie, petite phrase qui n’a l’air de rien.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Mervyn
MQiVoixDetachement

EC.NAU

MQiEVocal

CM.HHM

Qa.autonomie

Rang = O
Genre = DET - DET