Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Une trace effacée                     Une trace effacée
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Ksa Freisteirx - "Ehvy", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 1er juin 2006

 

-

[On ne parle de la trace qu'à hauteur de ce qui s'en est effacé]

Autres renvois :
   

Derrida, la trace

   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

Il y a dans la trace une dimension dont on peut éventuellement parler, mais qu'on ne peut jamais voir car son mode d'existence est l'effacement. Ce n'est ni un objet, ni une réalité, ni un phénomène, mais un étrange et anormal sujet de conversation, dont il reste beaucoup à dire malgré Freud, Lévinas, Derrida et quelques autres.

Donc cette trace, qui n'existe qu'effacée, est antérieure à la parole et à tout ce que nous connaissons. Elle est originaire, comme on dit, et aussi angoissante, car nous craignons qu'elle ne nous entraîne dans son effacement. Ce qu'elle ouvre lui est extérieur. On la désigne pour toutes sortes de mots : pour Derrida c'est différance, pour Freud c'est inconscient, pour les cabalistes c'était rechimou.

Grâce au langage, son effacement n'entraîne pas sa disparition. Elle est toujours conservée, d'une façon ou d'une autre, et peut être ramenée au jour. Sa restitution prend les formes les plus inattendues (et parfois dangereuses). Nous nous en protégeons en la subordonnant à la parole, à la voix ou au texte. Le résultat est cet espace vocal, fait de traces de voix, dans lequel nous vivons.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Hypothèse d'incompatibilité : là où la conscience apparaît, il ne peut pas y avoir de trace mnésique; là où la trace se dépose, elle est inconsciente

-

Dans la vie psychique, rien de ce qui fut une fois formé ne peut disparaître, tout se trouve conservé d'une façon ou d'une autre et peut être ramené au jour

-

A la place de l'origine, vient le texte qui lui-même s'efface

-

L'espace de dissémination se forme, dans l'espace-temps de la trace, autour de restes de voix

-

Le vide (halal) n'est pas complètement vide, car il y a en lui une trace de lumière (rechimou)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ksa
ProTrace

AA.BBB

PlanSite

HI.KHI

KV_ProTrace

Rang = zQuois_Trace
Genre = -