Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Toute communauté est vocale                     Toute communauté est vocale
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Matricia Dentyar - "Un mystérieux espace commun", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 4 juin 2006

 

-

[Toute communauté repose sur la parole vive]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

La parole vive (la voix) a une certaine portée. Si on définit une communauté comme le lieu où chacun se trouve en présence directe de l'autre, c'est la portée de la voix qui définit la taille de la communauté. Aujourd'hui cet espace s'élargit démesurément. Il profite de toutes les amplifications, technologiques et psychologiques. Est-il imaginable qu'à terme les communautés puissent s'étendre à tous les êtres parlants? C'est ce qu'on appelle la globalisation. On peut vivre le processus négativement (déjà Goya le ressentait ainsi vers 1800) ou positivement, mais il est inarrêtable. Les communautés ainsi formées sont aussi fragiles, fragmentées et volatiles que les voix. C'est l'une des dimensions du cyberespace, c'est l'un des traits de l'espace vocal.

La voix fait groupe. Plus elle porte, plus le groupe s'unit. Un groupe vraiment uni n'aurait qu'une seule voix, unanime, centrale, et ce serait effrayant, surtout si cette voix était celle d'un appareil ou d'une machine.

Y a-t-il encore, aujourd'hui, des communautés auxquelles on puisse appartenir? Toutes sont ambigues ou complexes, qu'elles soient politiques, générationnelles ou éthiques.

Les groupes d'amis fonctionnent différemment, peut-être moins sur la voix que sur la parole.

Tout communauté repose sur un héritage qu'elle défend, parfois au prix de son propre sacrifice. Des voix s'en extraient : la voix singulière, la voix prophétique, ou encore la voix hyperbolique de Jacques Derrida. Elles ignorent ou consument l'espace commun.

Une addition d'individus ne fait pas foule. Pour qu'il y ait foule, il faut un mouvement collectif dont la cause peut être, par exemple : un leader, un meurtre, une passion partagée par tradition ou par fanatisme.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Une communauté est délimitée par la portée de la voix humaine

-

[Toute communauté s'inscrit dans la portée d'une voix]

-

La voix porte un mystérieux espace commun

-

Les plus proches amis sont incapables d'énoncer les lignes de pensée qui les réunissent

-

Les voix se partagent par l'oreille

-

La question politique, c'est de savoir qui possède la parole, et qui ne possède que la voix

-

D'où viennent les voix de la démocratie? Aucune tête ne les conçoit, aucune bouche ne les profère

-

Les convulsionnaires de Tanger (Eugène Delacroix, 1837)

-

L'humanité se connaît d'abord comme communauté de langage dont l'horizon est le monde

-

A l'époque de l'amplification, les voix collectives sont dangereuses

-

[L'espace vocal contemporain ne mesure plus sa portée sur des voix naturelles, mais sur des machines d'écriture qui diffusent des voix artificielles]

-

Un peuple libre au sens de Jean-Jacques Rousseau - celui qui se tient ensemble dans l'espace d'une seule et même parole - est aussi le plus soumis à la harangue démagogique

-

Les voix se partagent par la bouche

-

Les peintures noires de Goya retiennent les menaces que l'on sent à l'état latent dans les foules

-

La voix consume l'espace commun

-

Les "communautés" déracinées et déterritorialisées qui se forment sur l'Internet sont trop fragmentées et volatiles pour se cristalliser en forces politiques nouvelles

-

On ne sait ni ce que c'est qu'une génération, ni ce qu'est un peuple

-

Une voix singulière s'extrait de l'espace vocal

-

L'assassinat de l'évêque de Liège (Eugène Delacroix, 1829)

-

L'unanimité (Ferdinand Hodler, 1913)

-

Le cyberspace comme agencement collectif d'énonciation porte l'utopie d'une démocratie immanente

-

La Bat Qol est une voix entendue par un groupe sans qu'on en ait distingué l'origine dans une forme humaine

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Matricia
VoixCommunaute

AA.BBB

PlanSite

HN.LNH

CU_VoixCommunaute

Rang = zQuois_Communaute
Genre = -