Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Croire en la beauté                     Croire en la beauté
Sources (*) : Autonomie de l'art               Autonomie de l'art
Ernst Cassirer - "La philosophie des Lumières", Ed : Fayard, 1966, p340

 

Decor du Palazzio Labia (Tiepolo, Venise, 1746) -

Par la beauté, qui est intuition sensible, nous saisissons les limites de l'homme, mais aussi sa nature et son destin, qui est de s'affirmer comme être fini, individu autonome

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Alexandre Gottlieb Baumgarten (1714-1762), qui a inventé le terme "esthétique" (définie comme science de la connaissance sensible), a pris conscience des limites internes de la logique scolastique traditionnelle. Son "esthétique" se développe à partir de ces limites. Elle est une science en ce sens qu'elle prend place dans l'ensemble de l'édifice du savoir en tant que théorie de la sensibilité, de la connaissance sensible. Comment appliquer la méthode scientifique à l'esthétique? La beauté ne se livre qu'à l'intuition indivise, à la pure contemplation. Il appartient à l'artiste de sauver cette totalité. L'essence esthétique pure est liée aux impressions. Le but de l'art n'est pas de s'envoler au-delà des phénomènes, mais de séjourner parmi eux, de les saisir comme données immédiates, dans leur plénitude.

Un certain ordre est inaccessible par la voie du concept. C'est un ordre inférieur, confus, mais qui possède une gravité propre, une force de conviction, une vivacité. L'esthétique est l'art de penser en beauté de manière vivante. Elle conserve la richesse des particularités. Par les mots et les figures, le génie embrasse les apparences pour les unifier.

Qu'est-ce qui est finalement saisi par l'esthétique de Baumgarten? L'homme. Son humanisme est un aboutissement de la pensée des Lumières. Il substitue à l'absolu métaphysique un idéal humain qui peut se réaliser dans l'art par le biais de l'intuition sensible. En défendant les droits de la sensibilité, il veut la porter à sa perfection spirituelle, qui ne se trouve pas dans le plaisir, mais dans la beauté. Dans cette anthropologie, l'art vivifie l'homme tout entier, il fait de lui ce qu'il peut et doit être.

 

 

La perfection intellectuelle étant impossible, il faut lui substituer un idéal purement humain qui passe par la sensibilité, par les passions, par la vie active de l'âme. Il y a là une synthèse neuve entre raison et sensibilité.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Cassirer
ArtBeau

HH.INT

ArtAutonomie

ME.MME

WWBaumgartenBeaute

Rang = QBeau
Genre = MR - IA