Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le sublime remue l'esprit                     Le sublime remue l'esprit
Sources (*) : Chaque oeuvre transforme l'art               Chaque oeuvre transforme l'art
Eglantine Mainguy - "L'esprit des anges", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 19 juillet 2006

 

-

[Le sublime met l'esprit en mouvement]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

Le sublime a rapport à la limite. Ce peut être une limite infinie, informe, démesurée, dépassant toute grandeur concevable ou tout critère des sens. Face à cet infini indéfini, nous sommes impuissants, effrayés, perturbés. Heureusement, nous le voyons de loin, nous sommes à l'abri, la civilisation nous procure une sorte de sécurité, de supériorité.

Devant le sublime, je suis pure subjectivité. L'art moderne trouve son ressort dans ce conflit.

Selon Kant, il y a toujours dans le jugement sur le sublime, quel que soit son mode, une dimension morale. Freud est d'accord : sublimer, c'est domestiquer, effacer une trace, un reste qui vient menacer l'ordre du monde ou du livre. C'est se laisser envelopper par l'idéal du père.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le sublime est l'intuition esthétique de la limite infinie

-

En stimulant l'esthétique par le terrible, le déréglé, l'informe, le démesuré, le sublime révèle une nouvelle dimension de l'art vers laquelle tendait toute l'éthique du 18ème s.

-

Est sublime ce qui, du seul fait qu'on ne puisse que le penser, révèle une faculté de l'esprit qui dépasse tout critère des sens, au-delà même de l'imagination

-

Le sublime est un sentiment de déplaisir provoqué par l'impuissance du sujet à appréhender l'infini sur le mode de l'imagination, compensé par le plaisir de le saisir par l'idée

-

Le "plaisir désintéressé" produit par l'objet beau ou sublime est un "se-plaire-à" : une auto-affection purement subjective

-

Le jugement sur le sublime exige un certain développement de la culture et une disposition au sentiment moral

-

Le jugement du sublime peut être considéré selon : 1/ la quantité; 2/ la qualité; 3/ la relation; 4/ la modalité, d'où résultent quatre moments du sublime

-

Est sublime ce qui nous révèle la supériorité de notre capacité à la conservation de soi sur la force de la nature

-

Une peinture de la présence ne nous laisse pas en repos

-

[L'art moderne trouve son ressort dans une esthétique du sublime : discordance du présentable et du concevable; retrait du réel]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Eglantine
ArtSublime

AA.BBB

ArtCheminements

FS.UBL

GI_ArtSublime

Rang = zQuois_Sublime
Genre = -