Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Cinéma, art populaire                     Cinéma, art populaire
Sources (*) : A présent, tout art est photographique               A présent, tout art est photographique
André Bazin - "Qu'est-ce que le cinéma?", Ed : Cerf-Corlet, 2002, p151-2

 

-

L'image audiovisuelle au service de la voix

Photographie, cinéma et télévision sont des empreintes de l'objet, des traces qui en préservent un certain degré de présence

L'image audiovisuelle au service de la voix
   
   
   
Sur l'artPresence Sur l'artPresence
André Bazin               André Bazin    
Le cinéma, figure de l'inconscient                     Le cinéma, figure de l'inconscient    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour distinguer le théatre du cinéma, certains parlent de présence de l'acteur. Certes, il est présent en chair et en os, et cela crée une certaine relation avec lui. Mais n'y a-t-il vraiment aucune présence de l'objet photographié ou visible sur l'écran? N'y a-t-il aucune situation intermédiaire entre la présence et l'absence? Déjà l'objet peint est une tentative de cet ordre. Le cinéma compense la non-présence physique de l'acteur par le grossissement du plan ou d'autres artifices. Sur l'écran, les acteurs ne sont pas perçus comme réalités objectives, mais ils sont plus facilement considérés comme des types idéaux auxquels on peut s'identifier.

Le théatre se construit sur la conscience réciproque de la présence de l'acteur et du spectateur, mais aux fins d'un jeu qui repose sur certaines conventions (le décor de théatre, l'architecture de la salle), d'un échange verbal dont l'énergie peut lever la censure et induire une catharsis. Au cinéma, nous contemplons, solitaires, un spectacle qui nous ignore. Nous sommes au centre d'un univers, d'un monde qui a sa propre épaisseur, d'un espace diffus, sans géométrie et sans frontières, qui cerne l'écran. La présence des acteurs et du récit dépend de l'énergie verbale qu'est capable de nous restituer le réalisateur.

 

 

Elizabeth Taylor dans Cléopâtre, de Joseph Mankiewicz (1963).

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Bazin
ArtCinema

CC.ILO

ArtPhoto

BL.MMO

EVocalAudiovisuel

DE.FFE

ArtPresence

SE.LLI

BazinCheminements

EE.LEE

CinemaRepresentation

EE.LEE

T.présent

Rang = N
Genre = MH - NP