Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le cinéma règle le rapport au désir                     Le cinéma règle le rapport au désir
Sources (*) :              
Christian Metz - "Le signifiant imaginaire - Psychanalyse et cinéma", Ed : Union Générale d'Editions, Coll 10/18, 1977, p159

 

-

Le cinéma est une rêverie éveillée

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Rêverie éveillée est la traduction du terme allemand Tagtraum : c'est une activité de la veille, contrairement au rêve qui est nocturne. Un rêve de jour est un fantasme conscient au sens de Freud, une fantaisie, un fantasme onirique. Le mode de cohérence du film romanesque, qui est le fait de cinéastes et de spectateurs éveillés, est analogue à celui de la rêverie. C'est une production du préconscient, proche des sources pulsionnelles, qui réactive les fantasmes inconscients.

Etat filmique et rêverie permettent au processus primaire d'émerger. Lorsque la rêverie s'empare du fantasme, elle en prolonge l'émergence par une amplification rhétorique et narrative. Le fantasme est d'emblée organisé en une histoire. Il est plus ou moins caché. C'est un hybride. Le film est l'extension de la rêverie. Ils diffèrent dans le degré d'achèvement, et non dans le degré de secondarité. Le succès des films à histoires s'explique par leur proximité avec le fantasme.

 

 

Photo © D.R.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Metz
CinemaDesir

EE.UIO

T.rêverie

Rang = O
Genre = MH - NP