Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Mystère de l'Incarnation                     Mystère de l'Incarnation
Sources (*) :              
Georges Didi-Huberman - "Devant l'image, question posée aux fins d'une histoire de l'art", Ed : Minuit, 1990, p243

 

Calvaire, St Dominique embrassant le crucifie (Fra Angelico, 1442) -

La peinture du Christ produit une plaie dans l'image : geste d'onction et de sanctification

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

La peinture du Christ est un acte pieux, voire mystique. Oindre, c'est projeter un liquide sur quelque chose que l'on veut sanctifier, c'est modifier le statut symbolique de l'objet. C'est un rite de passage : on oint les objets pour les baptiser, on asperge les icônes d'eau bénite pour les rendre efficaces - parfois même avec de la peinture. La parole s'incarne comme une chair ou comme un pigment. Le Christ est l'oint.

A l'époque gothique, on blessait parfois la surface dorée avec un instrument pour faire ressurgir la sous-couche incarnate (le sang du Christ). Il ne s'agissait pas seulement d'imiter la blessure, mais de blesser l'image.

La représentation vient s'identifier à son propre effet de crise, exiger du corps qu'il soit atteint, affligé, disloqué.

Détail d'un Calvaire de Fra Angelico (1442) : Adoration de la Croix, Saint Dominique embrassant le Crucifié.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
ChristIncar

CF.LFF

XChristPlaie

Rang = XChristplaie
Genre = MR - IA