Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Les traces de Fra Angelico                     Les traces de Fra Angelico
Sources (*) : Fra Angelico               Fra Angelico
Georges Didi-Huberman - "Fra Angelico, Dissemblance et figuration", Ed : Flammarion, 1995, p41

 

-

L'énigme de la figure

[Dans les fresques de Fra Angelico, la pensée visuelle laisse des traces et des marques qui invoquent une pensée non visuelle d'ordre théologique]

L'énigme de la figure
   
   
   
Georges Didi - Huberman Georges Didi - Huberman
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Dans les fresques de San Marco à Florence, Fra Angelico illustre l'Ecriture sacrée. Il ne cherche pas la vraisemblance, la représentation, mais à multiplier les significations, à épouser l'abîme des sens. Il procède de différentes façons. Sous la Madone des Ombres, il place des pans constellés de taches. Dans le Noli me tangere de la cellule 1, il peint les fleurs du pré comme des stigmates du Christ. Dans l'Annonciation de la cellule 3, un blanc mystérieux remplace la voix de l'ange. Dans son Couronnement de la Vierge, un étrange escalier bariolé sert d'espace intermédiaire.

Fra Angelico ne recherche ni le mimétisme ni la transparence. Son travail pictural s'appuie sur l'opacité des supports, l'invraisemblable et le dissemblable. Les signes dont il se sert jettent des ponts entre des ordres hétérogènes. Ce sont des opérateurs de conversion, des marques qui ont valeur de déplacement ou de passage, qui outrepassent les évidences iconographiques.

Dès sa jeunesse, il peignait saint Pierre (le dominicain martyr) se servant de son propre sang pour écrire son histoire. Dans les fonds de ses crucifixions, le visible vacille. Ce sont ces traces qui pour lui sont les véritables figures, celles qui suscitent le mystère.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Fra Angelico nommait "figurae" les taches dont il parsemait ses oeuvres : zones destinées à susciter en notre mémoire le plus profond mystère

-

Fra Angelico figure les stigmates du Christ par des indices, des taches ou des traces ("Noli me tangere", cellule 1 du couvent de San Marco, vers 1440)

-

Blanc est le mystère de la voix de l'ange (Annonciation de la cellule 3 du couvent San Marco - Fra Angelico, vers 1440)

-

Fra Angelico entend par "figure" le contraire du figuratif : des zones électives de défiguration relative, qui surgissent dans un entre-deux

-

Sainte Conversation, dite La Madone des ombres - version complète de la fresque avec pans (Fra Angelico, couvent de San Marco, vers 1443)

-

Les "pans de peinture" sont des zones où le visible vacille, où la part indicielle, dissemblable des tableaux affirme son étrangeté

-

Fra Angelico outrepasse l'évidence iconographique de la figure et du sens

-

Le crime est déjà dans la couleur du sang (la mort de saint Pierre martyr, Fra Angelico, 1429)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
AngelicoTraces

AA.BBB

AngelicoParcours

EE.LEE

DidiFigure

GM.LGG

DidiHubermanCheminements

IT.LIT

JN_AngelicoTraces

Rang = N
Genre = -