Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Visuel / vision, deux régimes du voir                     Visuel / vision, deux régimes du voir
Sources (*) : Plaider pour la peinture               Plaider pour la peinture
Georges Didi-Huberman - "Devant l'image, question posée aux fins d'une histoire de l'art", Ed : Minuit, 1990, p294

 

Jeune fille aux cruches (Paul Klee, 1910) -

Aucune couleur n'a de place

Il y a deux façons de voir la peinture : en tant que signe (vision) ou en tant que matière colorée (visuel)

Aucune couleur n'a de place
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Il y a deux façons de voir un tableau :

- selon la phénoménologie de la reconnaissance et de l'identification, afin d'en trouver le référent. Le tableau est alors considéré comme un signe ou un système de signes. Didi-Huberman appelle vision cette modalité du regard. [C'est la façon positiviste de voir un tableau, celle qui est prescrite par le discours, celle de l'histoire de l'art traditionnelle]. La vision est un arrêt du temps.

- en l'envisageant comme matière. Un effet de vérité se produit, qui indique l'existence d'un travail d'éblouissement. Didi-Huberman appelle visuel cette modalité du regard, qui est un ébranlement du temps. C'est ce qui arrive pour l'image d'art ou d'autres images en lesquels se condensent, hors-discours, des temps hétérogènes.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidiHuberman
VisionVisuel

EF.LEF

ArtPeinture

BD.LSA

ProCouleur

PD.KJC

Q.vision

Rang = O
Genre = MR - IB