Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Walter Benjamin, l'image dialectique                     Walter Benjamin, l'image dialectique
Sources (*) : L'image est une crise de temps               L'image est une crise de temps
Walter Benjamin - "Paris, capitale du XIXème siècle - Le Livre des Passages", Ed : Cerf, 2006, p479

 

-

Didi - Huberman, l'image dialectique

[Une image dialectique est ce en quoi l'Autrefois rencontre le Maintenant, dans un éclair, pour former une constellation]

Didi - Huberman, l'image dialectique
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Citation complète de Walter Benjamin dans le Livre des Passages : "La marque historique des images n'indique pas seulement qu'elles appartiennent à une époque déterminée, elle indique surtout qu'elles ne parviennent à la lisibilité qu'à une époque déterminée. Et le fait de parvenir "à la lisibilité" représente certes un point critique déterminé dans le mouvement qui les anime. Chaque présent est déterminé par les images qui sont synchrones avec lui; chaque Maintenant est le Maintenant d'une connaissabilité déterminée. Avec lui, la vérité est chargée de temps jusqu'à exploser. (Cette explosion, et rien d'autre, est la mort de l'"intentio", qui coïncide avec la naissance du véritable temps historique, du temps de la vérité). Il ne faut pas dire que le passé éclaire le présent ou le présent éclaire le passé. Une image, au contraire, est ce en quoi l'Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation. En d'autres termes : l'image est la dialectique à l'arrêt. Car, tandis que la relation du présent au passé est purement temporelle, la relation de l'Autrefois avec le Maintenant est dialectique : elle n'est pas de nature temporelle, mais de nature figurative. Seules des images dialectiques sont des images authentiquement historiques, c'est-à-dire non archaïques. L'image qui est lue - je veux dire l'image dans le Maintenant de la connaissabilité - porte au plus haut degré la marque du moment critique, périlleux, qui est au fond de toute lecture".

---

Dans le langage de Walter Benjamin, les images "authentiques" (celles où quelque chose de véritablement nouveau se fait sentir) sont dialectiques. Ce mot indique que ce n'est "pas le passé qui éclaire le présent ni le présent qui éclaire le passé", mais le neuf et l'ancien qui s'entremêlent. Le passé n'est pas un point fixe, immobile, qu'on puisse espérer approcher, mais une image unique qui s'évanouirait si on ne la réveillait pas par le travail du ressouvenir. L'endroit où l'on rencontre de telles images est le langage.

En brûlant, en creusant un trou dans le réel, l'image allume une mèche. Les désirs se cristallisent. Par la fulgurance d'un regard qui franchit l'horizon, le passé est restitué. Du trou jaillit une étincelle où nous reconnaissons le passé, mais comme quelque chose d'inachevé, toujours ouvert.

Ces images sont historiques non parce qu'elles appartiennent à une époque déterminée, mais parce qu'elles parviennent à la lisibilité à une époque, en se détachant du continuum de l'histoire, en le faisant éclater. Elles sont synchrones avec un présent déterminé. Chaque Maintenant est le Maintenant d'une certaine connaissabilité déterminée; avec lui, la vérité se charge de temps jusqu'à exploser. La querelle entre son histoire antérieure et son histoire ultérieure se vide. Le travail sur les images libère les forces énormes qui restaient prisonnières du "Il était une fois" de l'historiographie classique. Il déclenche un tourbillon qui modifie notre origine et notre devenir - et ouvre la possibilité d'une survie, une porte étroite par laquelle, peut-être, le messie peut entrer.

Ce Maintenant est le moment du réveil. A l'époque moderne, qui se caractérise par son ambiguité, les choses y prennent leur vrai visage, leur visage surréaliste.

L'Autrefois, qui est chaque fois l'Autrefois de toujours, ne peut se révéler qu'à une époque bien déterminée : l'humanité le perçoit comme une image de rêve. Pour cette image, l'historien assume la tâche de l'interprétation. On peut lire le réel comme un texte.

-------

Georges Didi-Huberman reprend à son compte, dans son contexte théorique et à sa façon, les deux syntagmes benjaminiens d'"image dialectique" et de "dialectique à l'arrêt".

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'image, où le passé dépose son empreinte, a aussi la capacité de rendre présentes les corrélations passées : elle allume la mèche d'un dispositif qui gît dans ce qui a été

-

L'image dialectique est une fulgurance, qui sauve l'"Autrefois" dans le "Maintenant" de la connaissabilité

-

L'image dialectique cite le passé très ancien du mythe et s'arrête dans l'événement récent

-

L'historien matérialiste est assez viril pour faire éclater le continuum de l'histoire; pour lui, le présent n'est pas passage, mais arrêt et blocage du temps

-

L'origine demande à être reconnue d'une part comme restauration, restitution, d'autre part comme quelque chose d'inachevé, toujours ouvert

-

De même que Proust commence l'histoire de sa vie en sortant du sommeil, chaque présentation de l'histoire doit commencer par le réveil, elle ne doit même traiter de rien d'autre

-

La révolution copernicienne en histoire, c'est qu'"Autrefois" n'est plus un point fixe à approcher, mais quelque chose à établir par le travail du ressouvenir

-

L'image dialectique est une fulguration, une boule de feu qui franchit tout l'horizon du passé

-

La compréhension historique doit être conçue fondamentalement comme une survie

-

Quand l'actualité pénètre en lui, un fait historique présenté dialectiquement devient un champ de forces où se vide la querelle entre son histoire antérieure et son histoire ultérieure

-

Les images cristallisent des désirs : elles entremêlent le neuf et l'ancien, le passé immémorial et l'aspiration à la transfiguration de l'ordre social

-

L'origine ne désigne pas le devenir de ce qui est né, mais le tourbillon de ce qui est en train de naître dans le devenir et le déclin

-

Dans certaines photos le réel a pour ainsi dire brûlé un trou dans l'image : petite étincelle de hasard, d'ici et maintenant, où niche un avenir si éloquent que nous pouvons encore le découvrir

-

L'oeuvre d'art peut servir à déterminer le progrès authentique, là où quelque chose de véritablement nouveau se fait sentir pour la première fois avec la sobriété de l'aube

-

La vérité est une image unique, irremplaçable, qui s'évanouit avec chaque présent qui n'a pas su se reconnaître visé par elle

-

Les productions et rapports sociaux de l'époque moderne se caractérisent par leur ambiguïté : une manifestation figurée de la dialectique, une dialectique à l'arrêt

-

Les "faits historiques" doivent leur existence à un effort constant de la société, qui les produit comme des fantasmagories dans l'immédiateté de leur présence sensible

-

Chaque seconde est la porte étroite par laquelle le Messie peut entrer

-

L'image dialectique est identique à l'objet historique : tous deux ont été arrachés par une explosion au continuum du cours de l'histoire

-

L'image authentique doit être pensée comme image dialectique, car elle réunit et fait exploser des modalités ontologiques contradictoires

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
ImageDial

AA.BBB

ImageCrise

ED.LED

DialImage

DD.LDD

DI_ImageDial

Rang = L
Genre = -