Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'imaginaire est double                     L'imaginaire est double
Sources (*) : Francisco de Goya y Lucientes               Francisco de Goya y Lucientes
Yves Bonnefoy - "Goya, les peintures noires", Ed : Editions du Regard, 2006, p38

 

Le pantin (Goya, 1791) -

En 1792, un mal laisse Goya absolument sourd et libère son imagination

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Ce mal lui arrive dans des circonstances mystérieuses [c'était peut-être du saturnisme, une intoxication au plomb], alors qu'il était parti à Cadix (chez son ami le collectionneur Martinez) et en Andalousie sans l'autorisation du roi. Il a 46 ans et encore 36 ans à vivre. Peu avant (1791 et 1792), il a peint deux de ses cartons les plus inquiétants (le Pantin et les Nains géants). Cette infirmité lui rendra impossibles les conversations amicales ou la chasse. Les bruits qu'il entendra ne viendront désormais plus que de l'intérieur : des bourdonnements dans la tête dont il se plaignait. Il écrit en 1794 à Bernardo de Yriarte : "Pour me distraire de mon infirmité, j'ai passé mon temps à peindre des travaux dans lesquels le caprice et l'imagination ne rencontrent pas de limites".

La maladie met en question les valeurs de la société ambiante, décensure le subliminal, au moment précis où il rencontre le travail d'autres artistes comme Blake, Hogarth, Füssli. Il y entend des frémissements, des bruits sourds, un refoulé. Peu après, toujours en 1792, auront lieu à Paris les massacres dits de septembre. Louis XVI sera décapité, et la fonction de l'artiste en sera bouleversée.

27 ans plus tard, pendant l'hiver 1819, peu après qu'il se soit retiré à la campagne dans la maison du Sourd (Quinta del Sordo), Goya tombe à nouveau malade, et c'est cette maladie qui déclenchera les peintures noires.

Tout se passe comme si la censure était liée à l'audition. La surdité restreint les défenses, réduit les interdits et les inhibitions : elle accélère chez Goya le passage à la modernité.

 

 

A peu près à la même époque, Beethoven est atteint de la même surdité - qui aurait contribué à son génie.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Bonnefoy
ProImagination

CY.LCY

GoyaParcours

FD.LFD

UGoyaSourd

Rang = QGoyaImagination
Genre = A -