Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le représenté s'absente                     Le représenté s'absente
Sources (*) : Derrida, la représentation               Derrida, la représentation
Athanasia Pernath - "L'autre côté de la rive", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 14 janvier 2006

 

-

[Pour qu'il y ait représentation, il faut que ce qui est représenté soit absent]

Autres renvois :
   

La coupure sémiotique

   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

La représentation classique est une sorte de boîte, bien visible, dans laquelle l'image doit s'inscrire. On la trouve au théatre ou dans certains courants de la peinture. Le représenté est réduit au silence, mais il reste présent grâce à la représentation.

La représentation classique est en crise. Débordée, dédoublée, enveloppée par l'espace vocal et travaillée de l'intérieur par la dissémination, elle lâche du lest de toutes parts, mais ne meurt pas. Le régime esthétique de l'art la touche, mais ne la coule pas. Elle résiste.

Toute image porte un malaise, car elle contient des éléments qui échappent à l'hégémonie du langage, comme la couleur, ou au contrôle de la conscience, comme dans un rêve. Donc toute image menace, dans une certaine mesure, la représentation.

Dès l'origine, un supplément habite et altère la présence, faisant naître le désir. Ce supplément est l'essence de la pensée. Invisible, il promeut la représentation comme seconde présence.

L'idée d'un rapport direct avec l'être, sans représentation, est exaltante. Rousseau l'imaginait dans la fête, et Marx dans le travail vivant. L'art abstrait en a eu l'ambition. Depuis Artaud, la question se pose sur la scène du théatre.

Les formes de la représentation évoluent, parfois selon des cycles.

L'idée esthétique dépend de l'imagination : elle peut représenter sans imitation ni concept, ce qui conduit à l'idée de beauté.

Sous-jacente à la question de la représentation est celle de l'irreprésentable. Il y a ce qu'on ne peut pas représenter pour des raisons conventionnelles, par exemple le cri selon Lessing, mais il y a plus grave, la crise de la représentation elle-même. Après Freud, Husserl et la mort de dieu, peut-on encore représenter?

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La représentation est comme une pyramide : sépulture commémorant des images mises en réserve dans un puits silencieux

-

L'essence même de la présence, si elle doit toujours se répéter dans une autre présence, ouvre originairement la structure de la représentation

-

[Derrida, la représentation]

-

La représentation dessine à l'avance une boîte dans laquelle l'image est enfermée

-

Pour qu'il y ait désir et jouissance, il faut que la représentation habite la présence

-

La voix donne aux sensations et intuitions une seconde présence, qui vaut dans le domaine de la représentation

-

La peinture au sens courant est une peinture de peinture : elle révèle l'essence de la pensée comme représentation

-

Un symbole est une représentation qui résulte d'une analogie avec un schème

-

L'image apparaît comme un malaise dans la représentation

-

L'auto-affection du moi est comparable à l'onanisme : altérer la présence en restituant une autre présence qui n'est que représentation, supplément, altération

-

Une éthique de la représentation s'oppose, se discute, se confronte; elle apporte civilité, détachement et distance

-

[On parle de "crise de la représentation" quand la chose revient à la place du signe pour déloger celui-ci, ou le bousculer]

-

Savoir peindre veut seulement dire savoir représenter

-

Le régime esthétique de l'art commence quand prend fin l'ère de la mimesis (régime de la représentation)

-

[La couleur est le sensible de la peinture, cette composante irréductible de la représentation qui échappe à l'hégémonie du langage]

-

La fête où le peuple se donne en spectacle à lui-même efface la différance représentative

-

Le cri, qui exprime le paroxysme du pathos, ne peut pas être représenté dans l'art, car il est incompatible avec le beau

-

Avec la mort de Dieu (effondrement du principe divin), on ne peut plus rien représenter, tout met en jeu directement la présence

-

Avec le rêve et le symptôme, Freud a brisé la boîte de la représentation où l'image était enfermée

-

En désirant un théatre impossible, Artaud s'est tenu au plus proche de la clôture de la représentation

-

L'élimination de la représentation dans l'art abstrait tient à une double limitation : de la peinture à un espace plat, et de la sculpture à un espace ouvert

-

Dans son libre jeu, l'idée esthétique est une représentation inexponible de l'imagination : on ne peut l'exposer en la rapportant à des concepts

-

Une beauté naturelle est une chose belle; la beauté artistique est une belle représentation d'une chose

-

Le théatre classique est l'ordonnancement de la représentation, dans la différance d'une structure de langage

-

Les arts primitifs évoluent généralement d'une représentation conceptuelle fondée sur l'image mnémonique vers une représentation perspective en accord avec la perception

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Athanasia
ProRepresentation

AA.BBB

RepresentationSupplement

FC.LCD

DR_ProRepresentation

Rang = MR
Genre = -