Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, limitrophie, limite et arrêt                     Derrida, limitrophie, limite et arrêt
Sources (*) : Derrida, la dissémination               Derrida, la dissémination
Jacques Derrida - "La Dissémination", Ed : Seuil, 1972, p24

 

Le mur du jardin (William Merritt Chase) -

Derrida, marque, re - marque, itérabilité

La préface, qui n'est ni dans le texte, ni hors-texte, pose la question du hors-livre, du liminaire : une démarcation qui met le texte en marche (ce qui se lit de la dissémination)

Derrida, marque, re - marque, itérabilité
   
   
   
Derrida, le livre Derrida, le livre
Derrida, texte, hors - texte               Derrida, texte, hors - texte  
Derrida, le rien, khôra                     Derrida, le rien, khôra    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida s'interroge sur la place de la préface chez Hegel. La Phénoménologie de l'esprit commence par une préface, elle-même suivie par une introduction. La Science de la logique commence par une introduction qui rejette le concept classique de méthode : définition initiale de règles extérieures aux opérations. Si le chemin de la science est déjà la science, il n'y a pas de méthode extérieure à la science qu'on puisse présenter préalablement. Si la préface appartient à l'exposition du concept (puisqu'elle l'annonce), elle n'est pas extérieure au texte; mais en tant que préface (qui ajoute quelque chose d'extérieur au texte, quelque chose qui résiste aux effets de sens), elle n'y appartient pas non plus. Donc elle n'a pas de lieu textuel propre. S'agissant du texte, c'est un troisième terme, un terme sans lieu, un reste. D'où la tentation à renoncer aux préfaces. Dans une conception moderne de l'écriture, il n'y a pas de préface.

Mais justement, Hegel explique cela dans des préfaces. Il doit prendre acte d'une inadéquation, d'un écart entre son temps et son texte, entre la forme et le contenu. La question du hors-livre tient à cette inadéquation. Il faut que la préface se démarque du texte, qu'elle soit à la marge, et alors (alors seulement) elle commence le texte, elle le fait marcher. Par cet écart, dit Derrida, elle se situe au lieu de la khôra. Elle est un limes (un lieu-limite), un liminaire, le début de la dissémination, de l'espacement du texte.

 

 

Il écrit bien : "se lit de la dissémination". Pour lire le liminaire, la limite d'un texte (en l'occurrence la préface), il faut mettre en mouvement (en marche) ses marges, c'est-à-dire que la dissémination commence là, dès la préface, en délitant le texte. Dès l'énoncé de la méthode, le texte rencontre son dehors (ses conditions empiriques de production, le "je" du signataire), il se dissémine, on lit à la fois le texte et un autre texte.

Le liminaire annonce la pliure, par laquelle le texte devient objet. [Dans la lecture d'une préface, il y a déjà la relecture].

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaLimite

DM.NJJ

DerridaDissemination

HU.VAA

DerridaMarque

JL.LJJ

DerridaLivre

FG.LLK

DerridaTexte

BP.LLP

DerridaRien

LN.LLK

UPrefaceLiminaire

Rang = N
Genre = MR - IB