Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Derrida, sa Cabale cachée                     Derrida, sa Cabale cachée
Sources (*) : Derrida, la dissémination               Derrida, la dissémination
Pierre Delain - "Croisements", Ed : Galgal, 2004-2016, Commencé le 14 décembre 2005

 

Lettres pendues -

Dans "La Dissémination", Derrida commente en abîme un texte de Philippe Sollers qui décrit l'engloutissement de la représentation classique sous le nombre

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

"La Dissémination" est un article paru dans Critique n°261-262 (1969). Cet article sera ensuite repris dans un livre qui s'intitule lui aussi "La Dissémination". Chronologie :

- en 1967, les trois livres classiques de Jacques Derrida (VP - DLG - EED) sont publiés aux éditions de Minuit, PUF et du Seuil.

- en 1968 paraît Nombres de Philippe Sollers (Collection Tel Quel, au Seuil).

- en 1968 paraît La Pharmacie de Platon de JD dans le n°32 de Tel Quel (Hiver 68) - revue dirigée par Philippe Sollers, un article qui sera repris dans le livre La dissémination.

- en février-mars 69, dans le cadre du Groupe d'Etudes théoriques, a lieu la double séance. Elle sera publiée dans Tel Quel n°41 et 42 (1970) et reprise dans le livre La Dissémination.

- l'article intitulé La Dissémination, de JD, qui donnera son titre au recueil de 1972, paraît dans Critique 261-262 (1969). Derrida y commente de manière détaillée Nombres, de Sollers. Le renvoi est oblique à la façon derridienne : recevoir et accepter l'hommage en en soulignant les marges qui l'en éloignent irréductiblement.

Le texte de Sollers, Nombres, fonctionne comme une préface paradoxale. Extérieur et apparemment antérieur à celui de Derrida, il est influencé par les élaborations du caïman de la rue d'Ulm qui ne seront publiées qu'après. Il donne du passage de la scène classique à l'autre scène quatre schémas (1-2-3-4, LD pages 379-380) qui seront repris à son compte par Derrida.

 

 

Les paragraphes du texte de Sollers sont précédés d'une double numérotation : d'une part un rythme quaternaire (1-2-3-4, dont le total fait 10), d'autre part 1 à 100, ce qui fait 25 séries de quatre. Derrida repère la logique machinique qui sous-tend ce système. D'accord, la machine ne peut pas être exorcisée, le texte s'auto-lit et s'auto-présente. Mais il prend soin dans son propre plan d'ajouter un 11ème paragraphe (10 + 1), intitulé "le surnombre" (LD p435, en sus de Nombres). Le beau carré de Sollers, son équilibre quaternaire et intact (LD p357) - car son thème est le corps et non pas la trace, est subverti. Il y a bien un concept derridien du quatre, mais il vient en surplus, comme viendra en surplus, dans ce même texte sur La dissémination, la Cabale juive.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

PDel
MQiDerridaCabale

HS.FFG

DerridaDissemination

YT.JOL

ZI.JJI

VCabaleSollers

Rang = VCabaleSollers
Genre = MK - NG