Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, retrait, effacement                     Derrida, retrait, effacement
Sources (*) : Derrida, l'espacement               Derrida, l'espacement
Jacques Derrida - "La Dissémination", Ed : Seuil, 1972, pp418-9

 

Preserver l'espacement (Nata Tsvirka, 2012) -

Derrida, la Cabale

Un retrait (tsimtsoum) maintient à jamais l'espacement qui génère le texte

Derrida, la Cabale
   
   
   
Derrida, sa Cabale cachée Derrida, sa Cabale cachée
Derrida, eschatologie, messianique               Derrida, eschatologie, messianique  
Derrida, la dissémination                     Derrida, la dissémination    

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida fait le détour d'un texte de Sollers (Nombres) pour prendre appui sur la Cabale, comme s'il était embarrassé de la citer directement pour son propre compte. Il se réfère aussi à Hegel et à Boehme, et passe sous silence le nom de Gershom Scholem auquel il a probablement (selon Moshé Idel) emprunté une citation de Rabbi Isaac de Berditschew (p419). Ce qu'il appelle la mythologie ou cosmologie lourianique le met mal à l'aise. Il n'hésite pourtant pas à séculariser la Cabale en la proclamant athée, afin de rapprocher la théorie de la contraction divine de son propre concept de l'espacement.

Derrida, donc, cite en hébreu le tsimtsoum (retrait) et le tehiru (espace de vide ou de clarté obscure resté après le retrait). A la création, Dieu sort de lui-même, se contracte en un point. C'est une insémination du monde, que Derrida généralise. Pour lui, ce qui se retire n'est pas un seul point central (dieu), c'est une plurivocité. Au jeu des permutations, des blancs ne cessent de s'ouvrir dans le texte. La polysémie ne jette pas qu'une nouvelle tora, mais en dissémine une multiplicité.

 

 

Dans l'interprétation cabalistique du tsimtsoum à laquelle Derrida se réfère, par le jeu des permutations et des lectures (lecture des lettres noires, et aussi du blanc qui les sépare), le texte se transforme indéfiniment, il se dissémine en ouvrant toujours de nouveaux espaces. Selon Berditschew, une nouvelle tora peut surgir à partir du blanc des lettres. Selon Derrida, un nouveau texte surgit à tout moment, sans qu'un messianisme (religieux) soit nécessaire. Il y a du messianique dans le texte même. C'est la structure d'une promesse qui jamais ne se remplit d'aucun contenu prévisible (du blanc en rapport avec un autre blanc) - comme si la dissémination elle-même était messianique.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaRetrait

GE.GGO

DerridaEspacement

BJ.HHH

DerridaCabale

DE.KSS

MQiDerridaCabale

ED.LLI

DerridaMessie

EC.GGI

DerridaDissemination

XD.LLO

T.générationGenre = DET - DET