Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le judaïsme                     Derrida, le judaïsme
Sources (*) : Un salut reste ouvert               Un salut reste ouvert
Jacques Derrida - "Mal d'archive", Ed : Galilée, 1995, pp78-9

 

La tombe d'Absalom a Jerusalem (vers 1920) -

Derrida, eschatologie, messianique

L'essence minimale du judaïsme, dont la judéité porte peut-être encore la promesse, est l'ouverture de l'avenir

Derrida, eschatologie, messianique
   
   
   
L'époque du "peut - être" L'époque du "peut - être"
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Sur les traces de Sigmund Freud et de Josef Hayim Yerushalmi, Jacques Derrida distingue entre judéité (jewishness) et judaïsme (judaism). Le judaïsme est une religion instituée [que Freud refuse catégoriquement de respecter], tandis que la judéité est une expérience obscure, incertaine, un héritage incompréhensible mais inarrêtable [pour Freud, et aussi pour Jacques Derrida]. Et pourtant Freud, comme il le reconnaît lui-même, reste impliqué dans le judaïsme. Il laisse entendre que la psychanalyse est un judaïsme sans Dieu - mais il ne l'avouera jamais, car il lui faut réaffirmer à tout prix le caractère scientifique de la psychanalyse. Sous cet angle il est peut-être (et Derrida insiste sur ce peut-être), comme Yerushalmi, un gardien de l'archive, un gardien de la loi. Ce qu'il y a de plus non-juif chez lui, encore plus que son athéisme, est son absence d'espoir.

Le Freud désespéré de 1938 semble croire que le judaïsme puisse, un jour, se terminer. Mais cette finitude s'applique-t-elle aussi à la judéité? Peut-être pas - et c'est ce peut-être là qui importe à Derrida [qui se présentera, quelques années plus tard, comme le dernier des Juifs]. Il se peut que le judaïsme ne promette plus rien, mais la judéité, quant à elle, promet peut-être encore quelque chose. C'est son point commun avec la science.

 

 

Derrida reprendra l'année suivante (1996) à peu près la même formulation à propos de la déconstruction : son axiome est l'ouverture de l'avenir [comme la judéité, mais aussi comme la science].

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJuifs

CD.JOL

JuifsSalut

XJ.KKJ

DerridaMessie

XA.LXA

CtpPeutEtre

XD.LLK

U.juifs

Rang = M
Genre = MK - NP