Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le judaïsme                     Derrida, le judaïsme
Sources (*) : Derrida, le temps               Derrida, le temps
Jacques Derrida - "Mal d'archive", Ed : Galilée, 1995, p118

 

Priere du soir (Alphonse Levy) -

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels

Une affirmation inconditionnelle et ineffaçable, soustraite à toute discussion, rend la judéité absolument unique : "Être juif, c'est être ouvert à l'avenir"

Derrida, inconditionnalités, principes inconditionnels
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Jacques Derrida analyse un texte de Josef Hayim Yerushalmi sur le rapport de Freud à sa judéité (Le Moïse de Freud p179). On sait que Freud a toujours revendiqué son appartenance au peuple juif, et aussi, parallèlement, son incapacité à en donner une définition claire. Peut-être, un jour, disait-il, on serait capable d'analyser "scientifiquement" ce rapport étrange que des personnes éloignées de toute pratique religieuse conservent avec le judaïsme (judaism). Yerushalmi propose une explication de ce rapport, qu'il désigne comme judéité (jewishness) - en insistant sur un aspect pour lequel, justement, Freud avait affirmé son pessimisme : l'avenir en ce qu'il peut être porteur d'espérance.

Derrida analyse en la radicalisant cette affirmation de l'historien américain. Ce qui serait absolument unique dans le judaïsme et qui ne se trouverait dans aucune des prophéties messianiques antérieures, serait l'idée que, sur un plan purement humain [c'est-à-dire sans que la religion n'y soit nécessairement impliquée, ni même qu'entre en considération la question de l'existence ou de l'absence de Dieu], ce qui serait propre au judaïsme, le plus juif [ce qui justifierait en somme l'élection d'Israël], serait une espérance inconditionnelle dans le futur. Inconditionnel implique ici qu'il s'agisse d'un axiome, d'un "oui" originaire, d'un engagement inaugural, a priori, qui anticipe sur l'avenir. Sur cette promesse, le juif ne pourrait pas céder. Judéité et à-venir seraient indissociables.

 

 

A l'ouverture de l'avenir, le judaïsme associe étroitement l'obligation de la mémoire. Comme l'explique Yerushalmi dans Zakhor, Dieu se révèle historiquement. L'élection juive repose sur un double privilège qui est aussi une double responsabilité : expérimenter la promesse, et se rappeler le passé. A l'avenir, rappele-toi de te rappeler l'avenir, telle serait l'inscription à partir de laquelle, selon Jacques Derrida (p121) le peuple juif, dans sa solitude, pourrait être pensé. Pour affirmer inconditionnellement l'avenir, il devrait s'autoriser d'une archive. [Sur ce point, Derrida se dissocie de Yerushalmi : si la judéité se borne à "dire oui" à l'archive, elle risque de conduire à la violence de l'Un. Il faut, aussi, mettre à mort l'archonte, laisser venir l'événement].

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJuifs

CC.LDD

DerridaTemps

XJ.LDD

DerridaIncond

XE.LLK

U.juifs

Rang = XJud
Genre = MR - IB