Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Kiefer, deuil ou mélancolie?                     Kiefer, deuil ou mélancolie?
Sources (*) :              
Daniel Arasse - "Anselm Kiefer", Ed : du Regard, 2007, p280

 

Les filles de Lilith (Anselm Kiefer, 1998) -

Les ruines de Kiefer sont des monuments dressés aux civilisations qui connaissaient cette présence vivante du cosmos que l'époque moderne a ensevelie dans l'oubli

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

A partir de 1996, Kiefer peint des toiles d'une monumentalité exceptionnelle à partir de photos d'architecture qu'il a prises en Amérique centrale et en Inde du sud. Ces tableaux impressionnants se distinguent des architectures nazies des années 1980 par l'absence de perspective centralisée. Elles forment des murs de matière, sans ouverture, impénétrables, austères et silencieux. Avec des dédicaces à Celan ou Ingeborg Barchman, ces oeuvres sont resituées dans un contexte poétique. Ce sont des allégories mélancoliques de la disparition. Ces pyramides ruinées ne rendent plus de culte aux morts. Le fil qui relie la terre et le ciel est rompu. Le déclin des civilisations conduit à leur mort. On ne retrouvera plus jamais le sens originel de ces mondes. L'éphémère fusionne avec l'éternel.

-------

Ce commencement ambigu auquel Kiefer rend hommage, c'est aussi celui de l'image.

Liliths Töchter. Livre. Vêtements recouverts de sable, photographies montées sur carton. 127 x 80 x 5cm.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Arasse
KieferDeuil

MM.LMM

T.monument

Rang = O
Genre = MK - NG