Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le sacré                     Le sacré
Sources (*) :              
Emile Benveniste - "Le vocabulaire des institutions indo-européennes (t2 : pouvoir, droit, religion)", Ed : Minuit, 1969, tome2 pp189-191

 

La Vierge aux enfants et aux Saints- detail (Pisanelli, 1435) -

Est "saint" ce qui protège ou est protégé par une sanction, une limite, un obstacle, une loi ou le châtiment des dieux, par opposition au "sacer" qui est naturellement banni

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans les langues indo-européennes, il ne faut pas confondre le sacer (sacré), qui est naturellement extérieur aux hommes (soit par sa pureté divine, soit par sa souillure) et le sanctus (saint) qui est le résultat d'une opération humaine. Le premier fait l'objet d'un bannissement automatique (par exemple celui de l'homo sacer), le second d'un système de lois.

Ce qui est saint doit être défendu, protégé. Il n'est ni sacré, ni profane, mais protégé par une sanction, une limite, un obstacle. La sanction (même racine que sanctus) définit la peine qui frappe celui qui y contrevient. Une fois promulguée, la loi est sainte, inviolable. Un mur lui-même saint empêche d'entrer en contact avec le sacré.

Sont saints les êtres intermédiaires entre l'homme et la divinité : les morts, les héros, les poètes, les prêtres. Avec le temps, la sainteté finira par devenir une valeur positive, surhumaine.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Benveniste
ProSacre

CN.NNC

VSaint

Rang = Q
Genre = MR - IB