Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'être de la photo est insituable                     L'être de la photo est insituable
Sources (*) :              
Stanley Cavell - "La projection du monde, Réflexions sur l'ontologie du cinéma", Ed : Belin, 1999, p50

 

Dans la vallee de l'ombre (Gertrude Kaesebier, 1914) -

La peinture accepte le retrait du monde, tandis que la photographie maintient l'être-présent du monde en acceptant que nous en soyons absents

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

La photographie n'a jamais été en concurrence avec la peinture. A un moment donné, la quête de la mémoire du présent (selon la formule de Baudelaire) s'est scindée en deux. Deux façons de maintenir le lien avec la réalité coexistent :

- par la volonté de fixer notre sentiment à nous (subjectif) d'être présents au monde : la peinture. Même quand la peinture renonce à la ressemblance, elle affirme la présence d'une subjectivité [le peintre, le spectateur, le dispositif retenu, le style, ...].

- en acceptant que, par une fabrication automatique (la photographie), la réalité puisse être présente tandis que je n'y suis pas présent. Si, dans la photo, il y a une absence de sujet, ce n'est pas par défaut de subjectivité, c'est parce que le monde photographié est passé. Mais il y a eu un monde.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Cavell
PhotoMoins

EF.LEF

T.absence

Rang = K
Genre = MR - NP