Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Pleurs, larmes                     Pleurs, larmes
Sources (*) :              
Liliane Hermenault - "Le sens de l'affect", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 21 octobre 2007

 

-

[L'humain est l'animal qui pleure]

Autres renvois :
   

Derrida, la vue, la vision

   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

Pleurer (comme rire) peut être considéré comme l'essence de l'homme. L'essence de l'oeil humain n'est pas le regard, c'est les larmes. Même aveugle, un oeil implore, il adresse une prière. Les larmes surviennent, elles surprennent, elles déstabilisent. Elles débordent. Elles recouvrent comme une rosée.

Les yeux sont dissociés de leur fonction organique (la vision) afin de pleurer, implorer, déplorer.

On peut pleurer sur une personne, sur un événement, et même sur la perte d'un concept.

Quand je pleure, je ne parle pas. Les larmes sont la voix de ce qui se dit sans mots.

On pleure sur une perte, un manque, un mort qu'aucune voix ne peut rendre.

Les larmes écrivent la souffrance, elles portent l'espoir d'une restauration.

Si le Juif écrit, c'est à la place des larmes : il pleure la voix perdue.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'essence de l'oeil est le propre de l'homme : par l'imploration, les yeux sont dissociés de leur fonction organique afin de pleurer, déplorer

-

Les larmes révèlent que la vérité de l'oeil humain est l'imploration plutôt que la vision

-

Le rire, comme les larmes, ne peut être forcé ni figé, il doit survenir

-

Fantasme de Jacques Derrida : "Je suis déjà dans la mémoire de ceux qui me survivent, assistent à ma disparition et pleurent"

-

Notre temps pleure le concept même du politique

-

Le juif pleure la voix perdue en larmes noires comme trace d'encre

-

La prière "Ecoute notre voix" est une prière sans mots, qui rappelle la formule : "Tu écoutes la voix des larmes"

-

Rachel est la force unificatrice qui, enterrée sur la route de l'exil, pleure pour que soit restaurée la présence à partir du néant

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Liliane
ProPleurs

AA.BBB

FE_ProPleurs

Rang = MPleurs
Genre = -