Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la circoncision                     Derrida, la circoncision
Sources (*) : Derrida, l'écriture               Derrida, l'écriture
Jacques Derrida - "Circonfession", Ed : Seuil, 1991, pp225-7

 

-

La circoncision est double, entre celle qui élève, enveloppe et pétrifie et celle qui fait passer la fine lame d'un couteau d'écriture

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

"Une circoncision est à ma taille, elle me prend le corps, elle tourne autour de moi pour m'envelopper de ses traits de lame, ils tirent vers le haut, une spirale m'élève et me durcit, je suis érigé dans ma circoncision pour des siècles comme la mémoire pétrifiée d'une ammonite, le monument minéral d'un cadavre, aimant l'herbe et la mousse, la prolifération drue du végétal qui ne finit pas de gagner un désir de plus en plus mort, de ma mère dont la vie deviendrait, à les croire, "végétative", il nous reste juste assez de souffle pour demander pardon, pour le Grand Pardon, dans les langues du PaRDeS, pour tout le mal dont se tire et retire et s'étire mon écriture, une peau éternelle au-dessus non de vous, de moi qui rêve de lui qui rêve de la place de Dieu, l'embrassant dans sa prière et montant vers lui comme du lierre" (Circonfession, pp225-226, bande 46).

La circoncision se dédouble. D'un côté sa dimension traditionnelle (religieuse, relevante et en même temps funéraire, érectile et phallique), et d'un autre côté la fine lame d'un couteau d'écriture (pp226-7) (écrire est une circoncision, et aussi un mal pour lequel il faudrait demander pardon à Yom Kippour). Mais ces deux circoncisions ne sont pas séparables, c'est la même. Elle élève et elle coupe; elle érige en monument, en cadavre, et elle fait proliférer les pousses; le désir qu'elle fait gagner, de plus en plus mort, fait monter des prières qui ne sont que des jeux de mots; c'est une répulsion qui attire, une peau qu'on arrache, un talith blanc, vierge, immaculé qu'on revêt pour la prière mais qui est aussi taché du sang des bêtes du sacrifice.

 

 

Il y a deux sortes de circoncisions représentées par les deux textes (tous deux circoncis) publiés dans le même volume. En haut, au-dessus, la Derridabase, texte circoncis (enveloppé, pétrifié), qui se passe de corps (il élimine le corpus de Derrida). En bas, en-dessous, Circonfession, texte circoncis en lequel passent des lettres, du lierre, des herbes, etc... (toutes sortes de poussées hétérogènes, comme celles racontées par Saint Augustin), texte comparable à un poulet sans tête qui court toujours, texte qui conduit au Pardès.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaCirconcision

KC.LKC

DerridaEcriture

YI.LIH

VCirconcisionPetrif

Rang = NX
Genre = MH - NP