Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Chaque art moderniste se veut pur                     Chaque art moderniste se veut pur
Sur le Contemporain               Sur le Contemporain

 

-

Proposition établie à partir de différents textes de Clement Greenberg.

Peinture et planéité

[Le modernisme est une tendance à l'épuration de chaque art, qui doit toujours aller jusqu'au bout de ses propres règles]

Peinture et planéité Autres renvois :
   

Avant-gardes, art radical

   

Traits de l'art moderne

   
Postulat de Greenberg Postulat de Greenberg
Clement Greenberg               Clement Greenberg    
                       

logo

 

Le modernisme est une posture qui radicalise certains traits de la modernité. Théorisée dans les années 1950 mais apparue beaucoup plus tôt, dès la fin du 19ème siècle (voire avant), elle concerne tous les aspects de la société, et peut se manifester à peu près n'importe où, dans les domaines technique, idéologique ou éthique. Dans le champ artistique, elle est mise en oeuvre par des individus, des courants informels ou des avant-gardes. Elle affecte d'abord l'art, mais pas seulement. Clement Greenberg en a été le théoricien et le défenseur, et quoiqu'en disent ses (nombreux) ennemis, la dynamique moderniste persévère après lui (et sans lui).

Mais alors, c'est quoi, le modernisme? Une tendance à la réduction esthétique ou à l'épuration de chaque art, de chaque genre ou de chaque style. Il faut, avec le plus de rigueur et d'intégrité possible, aller jusqu'au bout de ses propres règles ou conditions d'existence, en écartant tout autre critère. Par exemple, si l'on définit la peinture comme une tension entre le contenu du tableau et sa surface (Cézanne), on essaiera de pousser cette tension à ses ultimes conséquences. Si on la définit par la planéité, on la voudra totalement plane (Pollock), au risque de tomber dans la décoration (voire l'imposture). Si on définit la sculpture par son matériau, elle va en explorer toutes les qualités optiques. Si l'on considère que l'oeuvre doit être déterminée par son support, on la juge à cette aune et pas autrement. Si on définit le cinéma par son potentiel d'émancipation, on en explorera toutes les facettes, etc...

Dans tous les cas, l'art se désintéresse de la représentation et se tourne vers lui-même. Il lui faut défendre son essence ou sa pureté contre toutes les menaces de contamination.

---

Le modernisme n'est pas statique. Comme il faut toujours aller plus loin, ne jamais s'arrêter, dès que les conventions d'un style ou d'un genre sont connues ou institutionnalisées, on les rejette. On cherche autre chose. Jacques Rancière qualifie ce processus d'antinomie du modernisme : plus un courant se veut autonome, plus il s'affirme autre par rapport à tous les autres, moins il peut représenter dans sa généralité le "propre de l'art", et plus il est tenté de se mettre en question lui-même.

L'art moderne a été le terreau du modernisme. Quand l'art, devenu contemporain, s'est désintéressé de ce syndrome d'épuration perpétuelle, il s'est réconcilié avec les pratiques prémodernistes. La fin du modernisme signifie aussi la fin de la tyrannie du goût, qui est l'un des aspects de la dissémination post-moderne.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Quand les oeuvres "sérieuses" sont engagées dans un processus de remise en cause de leur rapport à la tradition, on passe dans la situation moderniste

-

Avec le modernisme, l'art se tourne vers lui-même, les moyens et les conditions de la représentation deviennent sa préoccupation centrale

-

Dans le projet moderniste d'autonomie de l'art, l'art est défini par sa réduction progressive à ses conditions nécessaires et suffisantes

-

Avec le modernisme, les limitations de l'art sont reconnues comme un indice de sa pureté, de son absence de contamination

-

La réduction esthétique de l'art moderne met en oeuvre les idéaux du monde industriel et machinique : ajuster exactement les moyens à leurs fins

-

Une des lois du modernisme est que les conventions non essentielles à la viabilité d'un medium sont rejetées aussitôt qu'elles sont reconnues

-

Dans la peinture moderniste, l'intégrité est une condition morale et une tâche picturale

-

La radicalité éthique hérite de la radicalité moderniste l'idée d'un temps coupé par un événement décisif : la Shoah (qui remplace la révolution à venir)

-

La peinture moderniste tire son pouvoir de conviction d'une adéquation entre la forme du support et les formes dépeintes

-

Depuis Cézanne, la peinture moderniste est identifiée à une tension entre le contenu du tableau et sa surface

-

Pollock a révélé l'une des conditions d'existence de la peinture : elle est plane et totalement là, absolument ouverte face aux sens

-

La décoration est le spectre qui hante la peinture moderniste

-

La sculpture est l'art plastique le plus représentatif du modernisme, car elle n'existe que pour et par elle-même, et dans un espace exclusivement optique

-

L'histoire du cinéma est marquée par quatre moments de la modernité : primaire, classique, moderniste et hypermoderne

-

[Antinomie du modernisme : plus on accentue le "propre de l'art", plus on est conduit à assimiler ce "propre" à l'expérience d'une altérité radicale]

-

Le modernisme et la photographie, qui couvrent presque exactement la même période, ont été tous deux accusés d'imposture

-

Le modernisme est une structure qui, vers 1880-1965, cherche de nouveaux fondements à tous les aspects de la culture : art, science, philosophie, politique, morale

-

La fin du modernisme a signifié la fin de la tyrannie du goût : il est devenu possible de rompre avec l'esthétique formaliste tout en restant dans le domaine de l'art

-

Depuis les années 1950, une large partie de ce qui se fait sous le nom d'"art contemporain" restaure sous des formes nouvelles des pratiques prémodernistes oubliées

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Greenberg
ProModernisme

AA.BBB

PlanSite

ON.LON

PeinturePlane

DD.DDD

GreenbergPostulat

CM.LMM

GreenbergCheminements

BF.LFF

DM_ProModernisme

Rang = PM
Genre = -