Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Être, monde, chose                     Être, monde, chose
Sources (*) : Merleau - Ponty, la vision               Merleau - Ponty, la vision
Maurice Merleau-Ponty - "Le visible et l'invisible", Ed : Gallimard, 1964, p108

 

Sans Titre (Pareerica, compte Flickr, licence CC) -

La chose contient en elle le foisonnement des perspectives que je vois

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

 

Les vues que j'ai d'un objet, par exemple une table, sont liées à la position de mon corps. Elles font partie de l'être. Les plans multiples sont ceux de l'Être. C'est lui qui se perçoit, c'est lui qui parle en moi. Ce qui est mien est ma puissance d'ontogenèse, la pensée qui me fait dire que je regarde la table telle qu'elle est.

L'expérience de la vision est panoramique. Par les trous des yeux, je domine le monde et le rejoins là où il est. Il y a une sorte de folie de la vision : je vais par elle au monde même. Elle est à la fois présence d'ubiquité (sans inertie, sans opacité) et irrémédiablement distincte de ce qu'elle voit.

Tout ce que je vois est intégré à l'Être, y compris les déformations, les enlisements, ce qui m'est apparu comme négatif. La chose se cache en même temps qu'elle se dévoile. Elle est toujours plus loin, abîme et non pas plénitude. Le voyant est renvoyé à son opacité et à la profondeur de l'Être. Il n'y a pas de chose pleinement observable.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

MerleauPonty
ChoseEtre

FP.LLM

MerleauVision

OC.LOC

T.multiple

Rang = N
Genre = ME - NG