Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le judaïsme, indéfinissable                     Le judaïsme, indéfinissable
Sources (*) : Freud, la judéité               Freud, la judéité
Yosef Hayim Yerushalmi - "Le Moïse de Freud, Judaïsme terminable et interminable", Ed : Gallimard, 1993, p48

 

Immigrant juif ˆ Ellis Island (LW. Hine, 1905) -

Le propre du Juif est "un je ne sais quoi de miraculeux - jusqu'ici resté inaccessible à toute analyse", auquel Freud n'a jamais voulu renoncer

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Cette formulation est utilisée par Freud dans une lettre de condoléances à la psychanalyste Barbara Low qui venait de perdre son beau-frère, David Eder. Elle date de 1936 - le moment où Freud était en train de remanier le manuscrit de L'homme Moïse et la religion monothéiste". Comme dans d'autres déclarations, Freud y définit sa judéité négativement : ni religion, ni nation, ni langue. Le "Juif laïc" n'a presque plus rien de juif, et pourtant il lui reste quelque chose de son judaïsme. Quoi? Freud donne dans d'autres textes des formulations à peine plus claires :

- le "sentiment intime d'une même construction psychique" - dans une lettre à la loge viennoise du Bnai Brith,

- "beaucoup de choses, et probablement l'essentiel" - dans sa préface à l'édition hébraïque de "Totem et Tabou".

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Yerushalmi
HebDefinition

GC.TLO

FreudJudeite

FD.KLL

XJ_Miracle

Rang = N
Genre = MK - NP