Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Sous la profondeur, le caché                     Sous la profondeur, le caché
Sources (*) :              
Jean-François Lyotard - "Discours, figure", Ed : Klincksieck, 1974, p75

 

-

[La "profondeur" d'une couleur ou d'une ligne est sa capacité à susciter une attente, à manifester un sens caché]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Dans la peinture issue de la Renaissance, la profondeur est une construction, une illusion perceptive. Qu'elle soit suggérée par la construction perspective, par les ombres ou par le contraste des valeurs, c'est un artefact. Mais cette mathématisation de l'espace cache un autre type de profondeur, inépuisable, qui s'attache à toute forme de vision ou de figure. C'est celle que Cézanne a voulu restaurer contre les "effets" impressionnistes (trop faciles à son goût). C'est celle que Braque et Picasso ont voulu sauver, malgré leur renonciation à la construction perspective. C'est celle que les peintres modernistes comme Olitski ou Rothko ont recherchée avec une persévérance quasiment mystique.

Une force orientée émane d'un bleu, d'un rouge, d'une courbe ou d'une verticale. Elle fait signe, elle suscite une ébauche de mouvement dans le corps. Elle est porteuse d'un sens, d'une épaisseur dont la signification n'est pas donnée, mais transcendante. Cette profondeur est vécue. Elle s'adresse au sujet, mais d'une façon dont nous ne savons rien.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Plus encore que la perspective géométrique, le contraste des valeurs a été un des moyens utilisé par l'art occidental pour créer l'illusion de profondeur

-

[Il y a dans tout signe une impulsion vers le désigné, le signifié, le sensible, l'immédiat]

-

[Il y a dans le monde une épaisseur, une différence constitutive, qui n'est pas à lire, mais à voir]

-

Le propre du visible est d'être superficie, d'une profondeur inépuisable

-

Une peinture semble vivante quand elle simule les ombres - ces contours dont le corps s'est déjà retiré

-

Tout l'effort moderne de la peinture pour se dégager de l'illusionnisme a une signification métaphysique : la profondeur que Cézanne a recherchée toute sa vie

-

L'opposition entre l'espace plan et la profondeur vécue est le commun dénominateur des artistes du Bauhaus

-

La peinture néo-figurative contemporaine n'a plus rien à faire au-delà d'elle-même : superficie sans profondeur, elle renonce à s'adresser au sujet

-

Pour sauver l'illusion de profondeur, Braque et Picasso ont été conduits à la désincarner jusqu'aux limites de l'abstraction - sans les franchir

-

Par la seule couleur, Jules Olitski produit une illusion de profondeur qui ne viole pas la planéité du tableau

-

Une peinture tragique, cathartique, fait émerger des sentiments trop profondément enfouis pour être amenés à la surface par des métaphores visuelles

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lyotard
ProProfondeur

AA.BBB

GP_ProProfondeur

Rang = O
Genre = -